Ne crie pas sur les toits que tu vas faire de la pédagogie Freinet !

En train de travailler à un livre sur la pédagogie Freinet, je suis tombée par hasard sur cette page du groupe ICEM de Haute-Savoie, intitulée « Comment démarrer en pédagogie Freinet ? » : http://www.ac-grenoble.fr/ecole/74/icem/spip/spip.php?article52 Quand on la lit jusqu’au bout, on rencontre, écrit en capitales, ce conseil magnifique : NE CRIE PAS SUR LES TOITS QUE TU VAS FAIRE DE LA PEDAGOGIE FREINET.
Le pire, c’est que l’auteur a tout à fait raison.
Voilà où on en est, en France, en 2013, un siècle après l’invention, dans notre pays, de cette méthode extraordinaire.

Pendant ce temps, en Finlande, on applique la méthode Freinet à grande échelle, sur volonté expresse du ministère de l’Education, avec l’appui d’une formation pédagogique très poussée, dans des classes de 20 enfants au maximum, avec le soutien d’une population ravie de ses enseignants, de leurs résultats et de l’éducation de leurs enfants. Et la Finlande caracole en tête des enquêtes comparatives internationales sur les performances scolaires, année après année.

Chez nous ? Annoncer que l’on va faire de la pédagogie Freinet, c’est, encore aujourd’hui, risquer de se mettre d’emblée une partie des parents à dos et d’éveiller la méfiance de ses collègues et de sa hiérarchie. La seule solution pour les jeunes enseignants convaincus par la pédagogie Freinet consiste à retrousser discrètement leurs manches, à s’inscrire dans un groupe Freinet pour se sentir moins seuls, à mettre les enfants au travail dans une ambiance sereine et propice au développement harmonieux de chacun et à attendre février ou mars, comme le conseillait d’ailleurs Freinet lui-même, pour inviter les parents à assister à une classe et à découvrir, ébahis et enfin conquis, les productions et les compétences de leurs enfants.

Heureusement, une fois leur réputation assise grâce à des preuves évidentes de réussite éducative, ces enseignants pourront commencer à faire la promotion de leur pratique.

On ne sait jamais…