La dictée muette Montessori.
Des limites ?

Tous les exemples visuels de l’article sont extraits de l’album « Langage » du Canadien Daniel Jutras. DR.

La dictée muette est l’un des matériels Montessori qui n’ont pas été inventés par Maria Montessori elle-même mais par l’un de ses adeptes. En l’occurrence, il s’agit de la pédagogue Hélène Lubienska de Lenval. Quand nous avons créé la collection Montessori Pas à Pas, nous avons longuement débattu avant de décider de ne pas l’intégrer au matériel dont nous décrivons la démarche et le rôle. Il y avait quelques arguments pour. Et beaucoup d’arguments contre.

Certains enfants aiment la dictée muette

Comme tous les autres matériels montessoriens, elle peut être utilisée en autonomie et certains enfants aiment s’en servir. Elle a un côté ludique. Son principe est simple. Le nombre limité de cartes de mots sert de contrôle de l’erreur. Elle permet une mémorisation photographique de certains mots. Elle aide à mémoriser les différentes façons d’écrire le même son.

Mais elle a aussi des limites

Tout d’abord, elle ne permet d’écrire que les mots qui représentent des objets (au sens large, par opposition aux concepts). Tout ce qui ne peut être photographié ou dessiné sort de son champ d’action. Elle est aussi problématique si l’on est un peu négligent sur la qualité des documents visuels. Par exemple, il est un peu difficile d’identifier le « mur » sur la photo de l’exemple ci-dessous ou de ne pas chercher (et être tenté de lire !) le mot « skieur » au lieu de « ski » dans le choix des mots possibles.

Enfants… et éducateurs… en difficulté

L’un des atouts majeurs de la plupart du matériel Montessori est de placer toujours l’enfant dans une situation qui lui permette de réussir, sans pour autant lui mâcher le travail. A cet égard, que pensez-vous de l’image choisie pour le mot « sage » dans l’exemple ci-dessous (ou même pour « cage ») ? Pensez-vous qu’un enfant ait la moindre chance de comprendre ? Et l’éducateur la moindre possibilité d’expliquer facilement ?

De ce fait, il peut arriver que le parent ou l’éducateur soit obligé d’affirmer sans argumenter, ou que l’enfant conteste et se sente abusé s’il n’est pas d’accord. Par exemple, s’il cherche « ciel » pour la dernière image au lieu de « nuage », ou s’il dit « papillon » pour la deuxième, au lieu de « cage ». On peut en arriver à ce que l’enfant perde un peu de sa confiance dans les affirmations du parent ou de l’éducateur.

Un petit jeu

A vous d’imaginer les mots qui correspondent aux images ci-dessous :

Vous donnez votre langue au chat pour certaines images ? Ou vous voulez vérifier ? C’est ici :

Troublant, non ?

Les limites du dogme et l’intelligence de la souplesse

Voilà une bonne occasion de répéter que rien n’est dogmatique ou figé chez Montessori. L’important, c’est d’être cohérent, intelligent, libre et d’utiliser les outils avec ouverture d’esprit. Voilà l’esprit Montessori !