La lecture n’est pas une bataille !

Quand j’ai appris à marcher…

Quand j’ai appris à marcher, papa se mettait un peu loin de moi, maman me tenait par un doigt puis me lâchait progressivement la main, Mamie m’encourageait… tout le monde était fier de moi. Tout le monde riait. nike trainers sale Nous étions contents. Quand j’ai appris à manger tout seul, maman ne m’en voulait pas de me barbouiller le visage en ratant la bouche avec la cuillère, papa coupait patiemment ma viande en petits morceaux, Papi me racontait des histoires drôles… nike air max chaussure pas cher Nous étions contents.

Quand j’ai appris à lire…

Quand j’ai appris à lire, – la maîtresse était stressée parce qu’elle avait peur qu’on la juge incompétente si je n’y arrivais pas assez vite – maman était anxieuse parce que ma cousine Lucie a su lire à 4 ans – papa surveillait du coin de l’œil parce qu’il ne voulait pas le montrer mais ça commençait à l’agacer que son rejeton ne soit pas le premier de la classe – Papi et Mamie interrompaient à tout bout de champ les histoires qu’ils me lisaient par des « A toi, maintenant… Cameron Newton – Auburn Tigers C’est quoi, cette lettre ?… Tu ne reconnais pas ce mot ?… »

Et pourtant…

On peut apprendre à lire sans stress ! Dans le plaisir ! C’est une découverte si extraordinaire de se rendre compte qu’il existe un code qui nous permet de garder des traces, de s’envoyer des messages à distance, de découvrir un monde magique d’histoires et d’informations… Alors… quelle est LA BONNE MÉTHODE ? La bonne méthode pour apprendre la lecture est celle où : • l’enfant est captivé par ce qu’il fait au point d’oublier ses craintes d’échouer ; • toutes ses qualités sont sollicitées (intelligence, sens de l’observation, mémoire, curiosité, persévérance) pour parvenir à comprendre les mécanismes et à retenir les informations ; • il peut avancer à son rythme, sans précipitation et sans forcing ; • il apprend à BIEN lire, c’est-à-dire à comprendre ce qu’il lit ; • il maîtrise la combinatoire syllabique et peut appliquer ses nouvelles compétences à toutes sortes de contextes de lecture. Nike Air Force 1 Haut

La lecture à l’Ecole Vivante

Pour aider les enseignants, les parents, les grands-parents… Crazylight Boost Primekni et surtout l’enfant, chez nous, à l’Ecole Vivante, il y a Pilou et Lalie, le plaisir de lire AVANT TOUT : Un univers chaleureux où l’humour a sa place, de même que des sentiments forts comme la tendresse, la peur ou la tristesse. L’enfant est pris par les histoires. Il veut savoir la suite. Maglie Milwaukee Bucks Il a une très bonne raison de faire l’effort de comprendre et de lire. La séance de lecture devient un vrai jeu, un dialogue joyeux avec l’adulte qui l’accompagne dans ses découvertes. new balance 373 bleu orange Les personnages qui composent cet univers et reviennent dans les différentes histoires ont tous une vraie personnalité : ce sont des héros auxquels l’enfant peut s’identifier, s’attacher. Il y en a des petits et des grands, des féminins et des masculins, des timides et des fanfarons. Baskets ASICS Femme Chacun à son tour a son heure de gloire dans l’histoire, comme dans la vie. Illustrations : Catherine Nouvelle. adidas superstar 2 homme (Les textes des livres de Pilou et Lalie sont de Françoise Demars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.