Quelques clichés contre Montessori

Une « nouvelle méthode » qui date du début du XXe (sic)

Je viens de lire un article (que je ne citerai pas – inutile d’en parler plus) qui constitue un condensé si copieux et haineux des clichés contre Montessori qu’il me semble une occasion parfaite de les réfuter un par un. Le premier, éculé mais toujours vivace, s’étonne qu’on appelle moderne une méthode qui date de plus d’un siècle. Ce qui est curieux, c’est que les gens qui pensent cela sont souvent ceux qui voudraient que l’on revienne… à l’école de Jules Ferry (devoirs, notes, classements, punitions, apprentissages par cœur…). Or, justement, vouloir supprimer toutes ces entraves inutiles pour permettre le développement harmonieux et autonome de l’enfant au lieu de l’inhiber et de le brimer… oui, c’est moderne !

L’école Montessori ne fonctionne que pour les enfants doués ou pour les déficients (sic)

Commençons par la contradiction inhérente à la formulation : n’est il pas étrange qu’une pédagogie fonctionne aussi bien pour les enfants à haut potentiel et pour ceux qui ont des difficultés si, justement, elle ne fonctionne pas pour tous ? Ce que cette phrase souligne surtout, c’est justement le fait qu’en tenant compte des particularités de chacun et en s’y adaptant, la pédagogie Montessori évite que l’on laisse sur la touche tous ceux qui ne sont pas absolument dans la « norme ». Et d’ailleurs qu’est-ce que cette norme et qui la définit ? Et sur quel critères ?

Elle est dangereuse pour les autres (sic)

Dangereuse parce qu’elle les laisse libres. L’auteur de l’article s’affole à l’idée de ces enfants à qui on n’impose rien et qui, forcément, vont en profiter pour se vautrer dans l’indolence et la paresse. C’est avoir une vision bien négative des enfants. C’est aussi se tromper lourdement : il suffit de passer quelques heures dans une école Montessori pour se rendre compte du fait que non seulement les enfants travaillent mais qu’en plus ils le font volontairement et avec plaisir. Et c’est justement quand on les laisse libres de faire un travail qui a du sens qu’on leur donne l’occasion de devenir volontairement actifs à l’école et, plus tard, dans la vie, sans avoir besoin d’un gendarme à leur côté.

L’école ne peut se permettre d’attendre des années pour qu’un enfant apprenne à lire et calculer, et juste, travailler (sic)

Lorsqu’on sait à quel point le forçage est peu productif pour la plupart et nuisible pour un certain nombre, cette phrase fait rire. Mais rire jaune quand même ! Cette école qui n’a pas la capacité (ou la patience) d’attendre, échoue si bien qu’elle prive notre société et l’avenir de notre pays de toute une partie de ses forces vives. Au lieu de laisser à ceux qui en ont besoin le temps de s’épanouir à leur rythme pour qu’en fin de compte chacun puisse entrer de plain pied dans une vie active et créative pour le bien de tous, elle fonce bille en tête vers le mur sans se soucier des dégâts. Belle réussite !

Les contraintes sociales sont des biens précieux pour nous apprendre à vivre ensemble (sic)

Sous-entendu : les écoles Montessori sont bien trop agréables pour préparer (armer !) les enfants à l’horreur de la vie qui les attend ensuite : compétition, égoïsme, avidité, envie de pouvoir… que sais-je ? Autrement dit : Puisque dans la vie, on prend des coups de marteau sur la tête, autant commencer le plus tôt possible. C’est inepte. D’abord parce que si la société est réellement aussi mauvaise, on ferait mieux de commencer par essayer de la réformer… en éduquant mieux les enfants pour qu’ils deviennent des adultes moins égoïstes, moins avides, etc. Ensuite parce que, justement, c’est en donnant confiance aux enfants et en leur apprenant le dialogue qu’on les prépare à vivre en société de façon équilibrée, indépendante, ouverte.

CQFD 🙂

 

 

28 réflexions au sujet de « Quelques clichés contre Montessori »

  1. un grand merci pour cet article que je valide à 100 % !!!! Je ne connais pas l’article qui en a été l’origine et suis ravie de ne pas le connaître!!! Il aura en tout cas été l’occasion de répondre à tous ces préjugés car la pédagogie Montessori est bien pour tous et aspire à être démocratisée ! Merci.

  2. La seule vraie critique qu’on peut opposer à montessori est le coût! ! Et c’est justement parce qu’elle n’est pas reconnue… notre ministre veut bien nous former (je suis enseignante) à condition que ce soit dans le cadre d’une reconversion!!! Autrement dit tu as le droit de te former en montessori si tu ne fais plus d’enseignement par la suite!!!! Bref vivement la généralisation de cette pédagogie ainsi on n’aura ptt plus ce genre de raisonnement tordu!!!!!

    • Oui, il y a une vraie contradiction (hypocrisie ?) dans la gestion des formations dans l’EN. Ce n’est pas du tout la première fois que j’entends parler de ce cas. Ce qui est encore pire c’est que la formation à la pédagogie active (Montessori, Freinet…) ne devrait même pas faire l’objet d’une formation continue mais d’une formation INITIALE.
      Du coup, effectivement, les écoles Montessori sont privées et les écoles Freinet (publiques) sont rares.

      • Exactement ! Pourtant, on ne nous en parle pas du tout ! (Je suis en master 1 à l’ESPE) Mais avec tous les outils dont on dispose, on arrive à se renseigner par soi-même parfois et même à en faire apprendre aux formateurs… J’ai fait découvrir le blog de Céline Alvarez à l’un d’eux et j’ai bon espoir que ça se diffuse un jour !

  3. Merci pour cet article!
    Mon fils de 3 ans 1/2 est en Montessori et il sait (déjà) compter! Et même, par déduction, faire des soustractions et additions lorsque nous jouons avec lui… C’est dire s’il faut des années!!
    Le coût est en effet un frein pour beaucoup et j’espère que cette pédagogie comme celle de Freinet se démocratisera bientôt!
    Efforçons nous de convaincre les politiques en faisant le sacrifice d’y inscrire nos enfants!

  4. Merci pour cet article. J’avais lu l’article initial hier et j’en avais eu froid dans le dos. Je voulais faire le même travail d’analyse mais pas eu le temps. La virulence du propos m’a toutefois intrigué alors j’ai juste fait une recherche sur l’auteur… Très fortement liée au FN… Et elle a 4 enfants, ce qui ne me réconforte pas beaucoup sur l’avenir. Contrairement à ce que je vois en ambiance Montessori justement qui est porteur d’espoir.

  5. Le nombre d’inepties dont on veut nous gaver ne cessera jamais de m’impressionner.perso la seule question qui m’inquiète c’est dans quelle école dois-je inscrire ma petite pour pouvoir bénéficier de ce genre d’enseignement sans payer une fortune ?car justement des écoles qui le pratiquent sont trop peu nombreuses trop éloignées ou carrément hors de mes moyens (pas radine mais payer plus que mon loyer pour une maternelle n’est pas envisageable) et quand je la vois grandir être en demande de ce genre d’activités et d’encadrement j’ai peur tout simplement de la mettre dans une école publique normale.

  6. Bonjour et merci pour ce bel argumentaire qui illustre parfaitement cette pédagogie !
    Une école publique (qui fait du Montessori, Freinet etc…) vient d’être sélectionnée pour la journée de l’innovation le 30 mars prochain à Paris et je le vois comme un encouragement à la pédagogie active.
    Il y aura un prix du public : donc en votant, vous pouvez contribuer à démocratiser cette pédagogie !
    Leur action s’intitule  » A chacun son rythme !  » et le lien pour voter est le suivant :
    http://www.education.gouv.fr/cid56374/journee-de-l-innovation.html#Le_top%2030%20des%20actions

    • Un peu « douchée » quand même quand aux initiatives de l’EN. J’ai espéré, comme beaucoup sans doute, quand on a parlé de REFONDATION, que la montagne n’accoucherait pas d’une souris, pour une fois. Depuis, je constate que la formation initiale des enseignants ne comporte toujours pas de dimension pédagogique et encore moins d’initiation à la pédagogie active. On instaure aussi ce qui aurait pu être une très bonne initiative dans les collèges (les travaux interdisciplinaires par projet) SANS FORMER qui que ce soit. Enfin on refuse systématiquement de financer la formation continue des enseignantes de maternelles qui veulent se former en Montessori… Donc une journée de l’innovation, je ne peux m’empêcher de trouver cela un peu dérisoire.

  7. Je suis d’accord pour ce que vois avez écris.
    Je me suis inscrite pour faire une formation sur la Pédagogie Montessori avec l’école Papachapito. J’ai lu le livre apprend-moi à faire seule et je pense que c’est normal que vous vous défendiez contre les préjugés que les autres ont. Plus tard je souhaite élever mes enfants avec cette Pédagogie comme base. Et je souhaite aussi me former pour faire Assistante Montessori quand j’aurais fais mes 4 semaines de formation Montessori.

  8. 2 questions pour moi
    Ecole Montessori pour qui ? au vu du coût surtout dans des familles de 2/3 enfants
    Est ce qu’en fin de cycle primaire, les acquis sont les mêmes pour ceux qui ont suivi une scolarité ‘classique’ que ceux qui ont suivi Montessori
    Pour le reste ….

  9. Bonjour,
    Votre site Internet rapproche heureusement deux grandes figures de la pédagogie. Au jugement médiocre que vous citez concernant Montessori, peut-être peut-on préférer celui de Freinet lui-même. Ses propos sont parfois durs (et inscrits dans un contexte politique particulier) mais ils ont le mérite de distinguer quelques options et enjeux pédagogique.
    http://goupil.eklablog.fr/freinet-et-montessori-deux-idees-de-la-liberte-de-l-enfant-a125365858

    • Merci pour le lien vers votre excellent article. Les propos que j’ai pris ici comme support sont ineptes mais ce sont malheureusement ceux que l’on entend assez souvent pour critiquer la pédagogie active, quelle qu’elle soit. D’où mon envie de donner des outils simples pour les contrer. Votre article apporte un très intéressant prolongement et me conforte dans la position qui est constamment la mienne quand je publie des livres sur Montessori ou sur Freinet : tenir compte de l’apport de l’un et de l’autre pour rendre encore plus formidable chacune de ces pédagogies. Selon moi, l’école (et l’éducation) idéale se situe au confluent des deux.

  10. Ping : Montessori - Pédagogie | Pearltrees

  11. Bonjour,
    Je reviens vers vous juste pour préciser que l’école publique qui proposait l’action  » a chacun son rythme » avec des pédagogies alternatives lors de la journée de l’innovation a reçu le « prix de l’école » par la ministre de l’éducation.
    Ce n’est peut-être qu’une goutte dans l’océan, mais n’est-ce pas avec des gouttes que l’on forme des rivières puis des océans ?
    Je me plais à le croire !
    http://www.education.gouv.fr/cid100629/journee-de-l-innovation-2016-8-laureats-recoivent-le-prix-national-de-l-innovation.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.