Montessori, Freinet… et après !?

L’angoisse du futur

J’assistais hier à une présentation-débat sur la pédagogie active, en assez petit comité. Un court film présentait des classes Freinet et Montessori en activité. Emerveillement dans la salle. Et puis, les premières exclamations passées (« Que les enfants sont concentrés ! » « Quelle ambiance détendue ! » « Quelle différence avec l’école de ma fille ! »…), les questions angoissées commencent : « Oui mais… c’est très joli, pas de compétition… mais dans la vie, APRÈS, il y en a de la compétition… Seront-ils ARMÉS ? » « Et comment ça se passe, APRÈS, quand ils entrent au collège ?”

Photo Vanessa Toinet (Ecole Montessori Morvan)

Une légère incohérence

Je voudrais relever quelque chose de paradoxal. Si vraiment le monde scolaire et professionnel était cet univers impitoyable où il faudrait être ARMÉ pour survivre, serait-il donc plus astucieux d’y plonger tout de go les enfants dès l’âge de 2 ans que de les laisser d’abord acquérir autonomie, confiance en soi, sérénité dans le dialogue, capacité d’argumentation et d’écoute… ? Personnellement, je n’ai pas le sentiment que le monde où nous vivons, malgré tous ses défauts, soit si angoissant. Mais c’est peut-être parce que j’ai fait toute ma scolarité du primaire… dans une école Freinet !

Malheureusement, les collèges Freinet ou Montessori sont encore une rareté en France. Il y a donc un moment où les enfants Montessori ou Freinet intègrent le système traditionnel. Il serait malhonnête de dire qu’il n’y a pas de choc : tout d’un coup l’obligation de rester assis pendant des heures, d’interrompre ce que l’on fait toutes les 55 minutes pour passer à autre chose. Tout d’un coup, des notes, des punitions, des récompenses. Tout d’un coup une myriade de professeurs différents que l’on a à peine l’occasion de connaître. Tout d’un coup une seule tranche d’âge dans la classe. Et surtout, l’impression d’être passif.

Mais très vite l’incroyable faculté d’adaptation, l’avance souvent importante prise dans tous les domaines, la grande autonomie et le fait de savoir organiser son travail font que ces enfants s’en sortent très bien, le plus souvent même très très bien ! Donc, pas d’angoisse !

La dictée muette Montessori.
Des limites ?

Tous les exemples visuels de l’article sont extraits de l’album « Langage » du Canadien Daniel Jutras. DR.

La dictée muette est l’un des matériels Montessori qui n’ont pas été inventés par Maria Montessori elle-même mais par l’un de ses adeptes. En l’occurrence, il s’agit de la pédagogue Hélène Lubienska de Lenval. Quand nous avons créé la collection Montessori Pas à Pas, nous avons longuement débattu avant de décider de ne pas l’intégrer au matériel dont nous décrivons la démarche et le rôle. Il y avait quelques arguments pour. Et beaucoup d’arguments contre.

Certains enfants aiment la dictée muette

Comme tous les autres matériels montessoriens, elle peut être utilisée en autonomie et certains enfants aiment s’en servir. Elle a un côté ludique. Son principe est simple. Le nombre limité de cartes de mots sert de contrôle de l’erreur. Elle permet une mémorisation photographique de certains mots. Elle aide à mémoriser les différentes façons d’écrire le même son.

Mais elle a aussi des limites

Tout d’abord, elle ne permet d’écrire que les mots qui représentent des objets (au sens large, par opposition aux concepts). Tout ce qui ne peut être photographié ou dessiné sort de son champ d’action. Elle est aussi problématique si l’on est un peu négligent sur la qualité des documents visuels. Par exemple, il est un peu difficile d’identifier le « mur » sur la photo de l’exemple ci-dessous ou de ne pas chercher (et être tenté de lire !) le mot « skieur » au lieu de « ski » dans le choix des mots possibles.

Enfants… et éducateurs… en difficulté

L’un des atouts majeurs de la plupart du matériel Montessori est de placer toujours l’enfant dans une situation qui lui permette de réussir, sans pour autant lui mâcher le travail. A cet égard, que pensez-vous de l’image choisie pour le mot « sage » dans l’exemple ci-dessous (ou même pour « cage ») ? Pensez-vous qu’un enfant ait la moindre chance de comprendre ? Et l’éducateur la moindre possibilité d’expliquer facilement ?

De ce fait, il peut arriver que le parent ou l’éducateur soit obligé d’affirmer sans argumenter, ou que l’enfant conteste et se sente abusé s’il n’est pas d’accord. Par exemple, s’il cherche « ciel » pour la dernière image au lieu de « nuage », ou s’il dit « papillon » pour la deuxième, au lieu de « cage ». On peut en arriver à ce que l’enfant perde un peu de sa confiance dans les affirmations du parent ou de l’éducateur.

Un petit jeu

A vous d’imaginer les mots qui correspondent aux images ci-dessous :

Vous donnez votre langue au chat pour certaines images ? Ou vous voulez vérifier ? C’est ici :

Troublant, non ?

Les limites du dogme et l’intelligence de la souplesse

Voilà une bonne occasion de répéter que rien n’est dogmatique ou figé chez Montessori. L’important, c’est d’être cohérent, intelligent, libre et d’utiliser les outils avec ouverture d’esprit. Voilà l’esprit Montessori !

Montessori : des albums et des guides

Un post sur Facebook m’a fait prendre conscience de la nécessité de faire le point sur deux types d’ouvrages existant sur la pédagogie Montessori : les albums et les guides, très souvent confondus par les néophytes.

photo Vanessa Toinet, école Montessori Morvan

Les albums montessoriens : des aide-mémoire

Les albums sont le pense-bête personnel de l’éducateur montessorien qui a investi énormément de temps en formation et qui sait ce qui se passe entre deux actions sans que ce soit forcément écrit. Ils sont en général rédigés au cours de la formation, de manière succincte avec une économie de mots, comme lorsque l’on prend des notes. Ils ne sont donc pas suffisants pour un montessorien débutant, qui prendra les informations au pied de la lettre sans comprendre le cadre général dans lequel elles deviennent pertinentes.

Les albums indiquent des séries d’actions enchaînées. Ils n’expliquent pas ces actions et encore moins leur rôle.

Les guides : des outils pédagogiques

Les guides ne sont pas des résumés ou des aide-mémoire. Ils expliquent pas à pas non seulement les démarches, mais aussi leur raison d’être, leur esprit, la logique de leur enchaînement, et l’impact de l’utilisation du matériel sur le développement de l’enfant. Ils permettent au lecteur qui n’a pas pu assister à une formation de comprendre néanmoins la pédagogie qu’il applique. Ils ne remplacent pas la formation. Mais ils permettent de s’imprégner de points essentiels comme par exemple l’attitude particulière de l’éducateur montessorien (à la fois présent et en retrait) ou la question fondamentale de l’environnement préparé. La collection Montessori Pas à Pas se classe dans cette deuxième catégorie. C’est un outil pédagogique.

Education : les parents ET l’école

Confier ses enfants

Nous sommes tellement habitués au principe de l’école comme complément de la famille dans l’éducation des enfants que la question ne se pose pas, le plus souvent : à 2 ans et demi ou 3 ans, presque tous les enfants entrent à l’école maternelle la plus proche de chez eux. Si les choses se passent à peu près bien, tous entrent ensuite à l’école primaire.

Quand on y réfléchit bien, confier ce que l’on a de plus cher sans avoir vraiment le choix de la personne à qui on le confie… quelle angoisse ! Car il ne s’agit pas simplement de faire garder ses enfants. Il s’agit d’accepter qu’une personne que l’on connaît très peu et dont on ignore les idées sur l’éducation, sur la vie, sur toutes sortes de valeurs qui, pour nous, sont fondamentales, soit en contact quotidien, 6 heures par jour, avec l’enfant. Qu’elle lui apprenne non seulement des connaissances mais aussi des comportements en société. Qu’elle participe au développement de sa personnalité d’une manière qui n’est pas forcément celle que l’on juge bonne pour lui. En même temps, si l’on n’est pas d’accord avec ce qui se fait en classe, on veut aussi éviter que l’enfant se trouve au centre d’un conflit encore plus nuisible pour son équilibre que le fait d’entendre deux sons de cloches différents à la maison et à l’école.

Le consensus autour de la soumission

Autrefois, l’instituteur avait un statut particulièrement respecté qui évitait les conflits entre la famille et lui. On n’attendait pas non plus de lui qu’il fasse plus que d’apprendre aux enfants un certain bagage de connaissances et des comportements de soumission à l’ordre établi. L’enfant recevait des claques physiques et psychologiques à la maison et à l’école, pour des motifs qui faisaient l’objet d’un consensus parfait (manque de respect envers les adultes, indiscipline, échec dans son travail). Les enfants sortaient de là au bout d’un nombre d’années plus ou moins grand, un peu cabossés, pas mal inhibés, et mûrs pour une vie professionnelle elle aussi le plus souvent fondée sur la soumission.

Le doute, le conflit, l’incohérence

Est-ce mieux aujourd’hui ? Pas vraiment. D’une part le consensus autour de la soumission existe encore dans nombre d’écoles et avec beaucoup de parents. D’autre part lorsqu’il n’y a pas de consensus, il est souvent bien difficile de savoir qui a tort et qui a raison et comment sortir du conflit. De nos jours, même s’il existe des enseignants formidables, il y en a aussi beaucoup qui n’ont pas reçu de véritable formation pédagogique. Cela ne veut pas dire automatiquement qu’ils ne font pas bien leur métier ! Mais cela empêche de leur faire aveuglément confiance. De leur côté, les parents ne sont pas informés sur ce que l’école devrait réellement apporter à leurs enfants. Uniquement des connaissances ? De quelle façon ? Egalement des comportements et des valeurs ? Le développement de leur autonomie ? Ou au contraire leur formatage en vue d’une insertion sans heurt dans la société ? Tout le monde est perdu. Tout le monde doute. Parents et enseignants s’affrontent au-dessus de la tête des enfants.

Pour une collaboration heureuse entre l’école et la famille

Pourtant, il suffit d’un peu de bon sens pour sortir de l’impasse. Et des exemples montrent, dans certains pays (la Finlande, toujours elle !) ou certaines écoles (Freinet, Montessori, Decroly, Steiner…), qu’une solution intelligente et harmonieuse est possible. Avoir de petites écoles de quartier au lieu des écoles énormes qui ne permettent pas un bon dialogue avec l’extérieur. Former les enseignants au point d’en faire de véritables experts de l’éducation (pédagogie, psychologie, connaissances). Reconnaître et valoriser cette expertise. Informer les parents sur la nécessité de faire confiance : à chacun son métier. Leur montrer que l’éducation à l’école n’est pas que scolaire. Leur permettre de participer à ce qui se fait en classe et de collaborer avec l’école.

Enfin, insister, dans un climat apaisé, sur la complémentarité école/famille pour le développement harmonieux et complet de l’enfant : confiance en lui, autonomie, rigueur, organisation de son travail, équilibre personnel, respect des autres, sens civique, auto-discipline, affirmation et argumentation de ses idées, etc.

La mode Montessori : c’est bien ?

Comment se moucher en Montessori… hi hi !

On voit fleurir partout sur le web des « conseils » en pédagogie montessorienne liés à toutes sortes d’activités parfaitement banales de la vie quotidienne. Comment mettre ses chaussures sauce Montessori, comment créer des mobiles pour la chambre montessorienne de votre enfant, comment ceci Montessori, comment cela Montessora… On en voit aussi en librairie : sans citer de vrais titres, ce qui serait particulièrement discourtois de ma part, on trouve 1000 et une activités pour votre enfant « à la manière de » Montessori, éveiller votre chérubin grâce à des jeux « d’inspiration » montessorienne, etc. Bref, Montessori a la cote.

Tortues montessoriennes ??? !!!

Montessori au rabais ?

Cela pourrait avoir des effets négatifs, que dénoncent d’ailleurs certains articles de blogs (comme ici : http://www.hellocoton.fr/mapage/miss-barjabulle). D’une part cela transforme la pédagogie Montessori en produit marketing, avec tous les écueils que cela entraîne d’habitude. D’autre part cela ne montre qu’une partie très superficielle et même fallacieuse de cette pédagogie formidable. On ne voit que la pratique sans l’esprit, les « recettes » sans les intentions. On peut donc se désoler de voir ainsi se répandre une version très appauvrie de Montessori qui risque de fausser complètement l’image que s’en fait le grand public.

Montessori élitiste ?

Parallèlement, on voit fleurir les écoles Montessori. On dirait qu’il s’en ouvre une chaque semaine ! Malheureusement, elles sont toutes privées. Cela signifie que « l’information » qui résulte de la médiatisation de la pédagogie Montessori n’aide à la faire entrer ni dans le bagage de formation des enseignants du public ni dans les classes de l’école républicaine, gratuite et laïque (à part quelques exceptions qui prouvent que c’est pourtant possible, comme ici :  http://lamaternelledesenfants.wordpress.com/).

Montessori for everybody !

On peut encore agir pour que le phénomène de mode soit réellement utile. Pour cela, il faut continuer infatigablement à informer les parents sur les principes réels et les fondements de la pédagogie Montessori autant que sur ses pratiques et techniques. Des forums ou des pages Facebook s’y emploient avec une belle énergie (par exemple : https://www.facebook.com/groups/pedagogiemontessori/).

Il faut aussi faciliter l’accès de tous les enseignants non seulement à la formation dans ce domaine, mais à des exemples réussis, à des expériences fructueuses, à des preuves irréfutables des bienfaits de cette pédagogie pour les enfants et pour les éducateurs eux-mêmes. Nombre de nos livres ont été écrits dans ce but (ici : pédagogie montessori expliquée aux parents et aux enseignants).

A nous tous de transformer le phénomène de mode en réel progrès pour l’enseignement en France.

 

 

Parler des émotions avec les jeunes enfants

Un sujet important et négligé

Depuis la parution de Drôles de têtes. Que d’émotions ! (un livre de Danièle Schulthess) je n’ai pas trouvé une minute pour me poser et expliquer notre démarche. Pourtant, c’est un sujet qui nous tient vraiment à cœur.

Les petits ressentent des émotions très fortes : peur, colère, chagrin, joie profonde… Mais ils ne savent ni les gérer ni les exprimer. Parler avec eux de ces émotions, mettre des mots sur les sentiments, expliquer le vocabulaire, les aide à s’extérioriser et à grandir sereinement.

Pourtant, il y a très peu de livres sur ce sujet. Sans doute parce que ce n’est pas simple de l’aborder et encore moins de dialoguer sur des thèmes si abstraits avec de jeunes enfants. De façon logique par rapport aux méthodes actives d’éducation que nous défendons, nous avons choisi un biais très concret avec Drôles de têtes.

Bricoler, inventer, rire… pour maîtriser ses émotions

Le livre propose aux parents ou aux enseignants de jouer avec les enfants à créer des personnages en feuilles, légumes, fruits. A travers ce « bricolage » ludique, l’enfant découvre les signes extérieurs de l’expression des sentiments. C’est sensoriel et drôle. Petit à petit, il reconnaît différentes émotions et acquiert le vocabulaire qui va lui permettre de les exprimer.

Drôles de têtes. Que d’émotions !

La démocratie, ça s’apprend… ou pas !

S’exprimer

Comment a-t-on le culot de se plaindre de l’abstention des adultes ? Alors que, dans le même temps, par une pratique quotidienne et étalée sur toute leur scolarité, on apprend aux enfants que donner son opinion est souvent moins rentable et plus risqué que de fermer sa bouche. Dans l’enseignement magistral traditionnel et dans l’éducation que donnent de nombreux parents, l’opinion de l’enfant n’a, au mieux, pas de poids, au pire même pas l’occasion de s’exprimer.

Si l’on veut des citoyens qui réfléchissent puis s’expriment, qui défendent leur point de vue, qui l’argumentent, tout en écoutant l’opinion des autres, il faut leur montrer dès l’enfance que c’est utile et intéressant. J’ai vraiment l’impression d’enfoncer une porte ouverte ! Et pourtant…

Photo Ecole Freinet de Fox

Echanger

Dans l’enseignement participatif (Montessori, Freinet, Decroly, Steiner, etc.), il existe toujours des forums d’enfants, où sont débattus les grands et petits sujets qui concernent la classe. L’opinion des enfants est prise en compte. Elle a un impact. Ils apprennent à l’exposer et à la défendre de façon claire, convaincante et respectueuse. Un « bâton de parole » se transmet parfois de main en main pour matérialiser qui a le droit de parler et doit être écouté. Chacun a l’occasion de dire ce qu’il pense à son tour. Chacun apprend à écouter les autres et à analyser leurs propos avant de les faire siens ou de les contester.

Se faire une opinion personnelle

Comment a-t-on le culot de s’étonner de voir se formuler des votes protestataires plus ou moins moutonnesques ? L’analyse, la réflexion, l’argumentation, la contestation réfléchie, l’invention d’alternatives et la proposition de solutions ne sont pas innées ! Cela s’observe, s’apprend et se cultive.  Le remède à l’obscurantisme et au populisme est dans l’éducation. Est-ce que je ne viens pas d’enfoncer une deuxième porte ouverte ? Pourtant…

 

La classe Freinet : liberté et organisation

« La classe Freinet c’est la pagaille généralisée »(Faux !)

Les détracteurs de la pédagogie Freinet pensent et disent qu’une classe Freinet, c’est le désordre, la colonie de vacances… pour ne donner que les qualificatifs les plus polis. C’est méconnaître totalement le travail énorme mais discret, parfois même “en coulisses” de l’instituteur Freinet. Ce qu’un observateur superficiel peut prendre pour du désordre est en fait une liberté très grande pour les enfants et une rigueur aussi grande du côté de l’enseignant.

« L’enseignant Freinet se la coule douce » (Faux !)

Le but, et l’équilibre délicat qu’il faut atteindre, consistent à permettre aux enfants de s’épanouir pleinement, de chercher, d’expérimenter, de bouger dans la classe, de communiquer, de s’exprimer librement… tout en acquérant des méthodes de travail, de la rigueur, des compétences, des connaissances, un esprit curieux et créatif. Pour cela, l’enseignant doit toujours garder le contrôle dans sa tête. Il doit être disponible et réactif, pour sauter sur les bonnes occasions d’apprentissage, pour canaliser le foisonnement, pour vérifier qu’aucun enfant n’est laissé de côté ou ne se trouve en souffrance d’une façon ou d’une autre.

« Dans la classe Freinet on ne couvre pas le programme » (Faux !)

L’enseignant doit aussi garder en tête les buts généraux ou officiels à atteindre
(ex : apprendre à lire, “couvrir” tous les points fondamentaux du programme, etc.), mais sans imposer aux enfants un ordre et un rythme préétablis et communs à tous et sans les déposséder de leur faculté créative. En pédagogie Freinet, on couvre en général les programmes plutôt deux fois qu’une et de façon concrète, vécue, chargée de sens. Mais il est bon, surtout au début pour se rassurer et pour pouvoir opposer de bons arguments aux éventuelles critiques de la hiérarchie ou de l’inspection, de créer ses propres outils d’évaluation et de contrôle.

Enfant passif, enfant acteur, enfant auteur

L’enfant passif

Il est bien sûr très majoritaire dans l’enseignement traditionnel. Tout simplement parce qu’on accepte et, souvent, parce qu’on VEUT qu’il le soit. Il est timide et participe peu ? Dans une classe de trente avec cours magistraux, il est vite oublié dans son coin. Il est très « sage » ? Il écoute ce qui est dit, enregistre ce qu’il peut, apprend par cœur le reste à la maison et le régurgite le lendemain dans un contrôle où on notera surtout le résultat et très peu, voire pas du tout, le raisonnement. Quel qu’il soit, il se rend vite compte qu’il a tout intérêt à ne pas trop se manifester car, s’il le fait, il prend le risque de commettre des erreurs et d’être sanctionné pour cela. De toute façon, l’espace où il est prévu qu’il doive faire appel soit à son imagination soit à son initiative est très réduit.

L’enfant acteur

La pédagogie active donne à l’enfant un place toute différente. Elle le place dans des situations où c’est lui qui choisit, cherche, dialogue, collabore avec ses camarades, utilise à sa façon les documents et les outils mis à sa disposition par l’enseignant. Elle le responsabilise en le faisant participer à l’élaboration de son programme d’apprentissage (pédagogie de contrat) et à l’évaluation de son travail et de celui des autres (autoévaluation, évaluation par les pairs). Elle cultive sa confiance en lui en acceptant l’erreur comme une étape nécessaire pour progresser. Elle favorise son autonomie en mettant à sa disposition du matériel qu’il peut utiliser sans l’aide ou la censure de l’adulte (fichiers autocorrectifs chez Freinet, matériel avec contrôle de l’erreur intégré chez Montessori…).

L’enfant auteur

Voilà la troisième étape, celle qu’on ne rencontre pas dans toutes les classes, même en pédagogie active. Pour que l’enfant auteur se révèle, il faut une attitude et un esprit particuliers de la part de l’éducateur.

D’abord, qu’entend-on par enfant auteur ? C’est par exemple celui qui va réellement créer dans le domaine artistique : il dessine ou sculpte ou chante ou écrit ce qu’il veut, quand il veut. Il part sur des voies différentes de ses camarades parce qu’il suit sa propre personnalité et ses propres goûts. Il cherche à améliorer ses créations en se documentant et en se cultivant. Il a appris progressivement à se sentir libre de s’exprimer à sa manière. Ou c’est celui qui va faire des inventions techniques plus ou moins élaborées, des expériences originales… et se livrer, petit à petit, à ce qui l’intéresse le plus, découvrant et révélant ainsi sa propre voie d’excellence.

Cela n’est possible que lorsque l’enseignant favorise dès le départ l’initiative et l’indépendance d’esprit dans sa classe. Pour cela, il faut que cet enseignant soit lui-même capable de remettre en cause ce qu’on lui a appris dans sa formation, de se faire ses propres idées, de ne pas suivre une méthode comme s’il s’agissait d’une règle immuable et figée. Il faut qu’il invente lui-même en permanence selon le contexte, les enfants avec qui il travaille, les moyens du bord, etc. Il faut qu’il soit capable d’évoluer, de changer de cap, d’adapter et de s’adapter. Il faut qu’il soit lui-même acteur et auteur de son travail.

Connaissez-vous des enseignants de ce genre ? On les reconnaît tout de suite ! En général, ils adorent leur métier, le font sans compter, ne s’y ennuient jamais et… leurs élèves les adorent.

***

Un exemple au collège-lycée Freinet de La Ciotat : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/05/12052014Article635354691651630131.aspx

S’engager dans la pédagogie Freinet : extraits de l’introduction

Un paradoxe

La pédagogie Freinet a fait ses preuves, souvent de façon éclatante, dans nombre d’expériences scolaires officielles ou non, publiques ou privées. Elle offre des réponses avérées aux problèmes de désintérêt des enfants pour l’école, d’absentéisme, de violence, ou plus généralement d’échec scolaire. Elle est à la base de l’enseignement public en Finlande, présenté comme l’un des meilleurs du monde occidental et grand “gagnant” des enquêtes PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves), l’évaluation internationale – d’ailleurs contestable – mise sur pied par l’OCDE, qui vise à tester les compétences des élèves de 15 ans.

Pourtant, elle est peu pratiquée en France, où elle est née, et même lorsqu’elle est connue, elle est souvent méconnue : les gens en parlent comme si elle était synonyme de laisser faire et de désordre.

Pourquoi, dans notre pays, si peu d’enseignants, débutants ou non, se tournent-ils vers la pédagogie Freinet ? Il ne s’agit pas d’un refus de la pédagogie “moderne” ou active. Loin de là. La pédagogie Montessori, par exemple, connaît au contraire un engouement croissant. Il ne peut s’agir non plus, seulement, de l’opposition évidente de l’Education nationale pour tout ce qui sort un tant soit peu du modèle classique.

Aider les enseignants à démarrer

Nous sommes parties de l’hypothèse que cette situation vient du fait que les jeunes enseignants ne savent pas par où commencer avec la pédagogie Freinet. Pas plus, d’ailleurs, que les enseignants lassés du modèle traditionnel et qui voudraient se reconvertir.

Pour la pédagogie Montessori, il y a le matériel, support attractif et commode, qui séduit les enfants et qu’accompagnent des démarches en apparence simples. Cela encourage les débutants. Sans les empêcher de continuer à chercher et à améliorer leurs pratiques une fois qu’ils sont “en chemin”.

Il n’existe pas de telle passerelle pour la pédagogie Freinet. Freinet lui-même craignait au plus haut point que l’on n’utilise que les “outils” Freinet sans en appliquer l’esprit. Au début d’un fascicule (de… 12 pages à peine !) intitulé “Comment démarrer ? Guide pratique pour le débutant”, il écrivait :

C’est contraints et forcés que nous offrons ce memento à nos camarades désireux de s’initier aux techniques Freinet.

Nous ne voudrions pas que la publication de ces notes puisse laisser croire que nous vous engageons ainsi dans une opération facile, et qu’en suivant nos conseils vous réaliserez la classe moderne de vos rêves.

Vous aborderez au contraire une des tâches les plus délicates : reconsidérer vos techniques de travail, celles qui vous sont presque naturelles parce que vous les avez subies pendant tant d’années, et qu’on vous a enseignées par surcroît à l’EN, celles qu’on pratique communément autour de vous, et dont vous ne vous dégagerez qu’à grand peine. (…) Ce memento n’est d’ailleurs pas un guide-âne. (…) Il ne peut y avoir de truc standard valable pour toutes les classes, mais l’essentiel à mon avis est de bien se pénétrer de l’esprit, de l’optique dans lesquels il faut travailler, et, nanti de toutes les idées glanées ça et là, de les adapter à sa personnalité et à la physionomie de sa classe.

Il en est ainsi. Le métier d’instituteur n’est jamais passif. Quiconque n’use que de trucs et de mécaniques qu’il répète au cours des ans ne saurait être un éducateur digne de ce nom. Et nous avons l’ambition de former des hommes conscients, aimant leur métier, capables de vivre avec leurs enfants sans routine ni œillères.”

Des pistes et non des recettes

Après une telle volée de bois vert, nous n’allons bien sûr pas faire ce que Freinet lui-même refusait. Mais dans la jungle touffue semée d’embuches que représente le chemin d’un enseignant débutant dans le contexte actuel, notre livre est là pour débroussailler le terrain et lui permettre de simplement faire les premiers pas. Aujourd’hui, il n’y a plus l’EN (Ecole Normale) dont parle Freinet. Il n’y a même plus de véritable formation pédagogique. Nous ne voudrions pas que les nouveaux enseignants laissent de côté la formidable pédagogie Freinet, simplement parce qu’ils sont déroutés, voire dégoûtés, et ne savent pas comment commencer. Ensuite, ils pourront se plonger dans la communauté de l’ICEM (Institut Coopératif de l’Ecole Moderne) pour se documenter plus avant, se former à des techniques particulières et échanger sur leurs pratiques : la pédagogie Freinet s’est toujours appuyée sur le groupe.

Pour le moment, avec ce livre, nous voulons simplement leur donner confiance. Nous voulons tenter de leur fournir les fondations sur lesquelles ils pourront construire progressivement leur propre démarche pédagogique, en toute liberté et en observant, au fil du temps, ce qui se passe dans leur classe. Ils pourront même remettre en cause ce que nous écrivons dans les pages qui suivent ! Peu importe : ils auront démarré.

Notre livre est là aussi pour souligner à quel point ils seront récompensés dans leurs efforts : la pédagogie Freinet est réellement gratifiante et efficace, pour les enseignants comme pour les élèves. Et, pour reprendre les propos de Freinet déjà cités, elle permet aux enseignants de devenir “ des hommes (et des femmes ! un peu macho, Freinet ? Non, simplement de son temps, bien que très moderne !) [des hommes et des femmes, donc], conscients, aimant leur métier, capables de vivre avec leurs enfants sans routine ni œillères”.

Pour vous procurer le livre : http://ecole-vivante.com/pedagogie-freinet.html