Prada Puff Sneaker Hqziz

Worst food trends of the noughties

The Authentic Prada Outlet Online Usa end of any year is always a time for reflection, a chance to look back at the 12 months which have just passed and how they have changed us as people or a society.

The end of a decade brings with it even more opportunities for navel gazing, and although it usually takes us longer to digest a whole 10 years’ worth of trends and events, it won’t be too long before the character of the noughties really becomes clear.

Just to make sure we have covered all the bases, here is my selection of the 10 worst food trends of the last 10 years. It was a surprisingly hard task replica prada cosmetic bags, not because I struggled to fill the coveted places with fashions and things which really ticked me off, but because I could easily have filled each spot 10 times over.No room then for the neglect of our traditional snacks in favour of foreign interlopers in the form of bahn mi (never heard of them? You will have by this time next year) burritos and cupcakes. No slot for overpriced farmers’ markets, micro greens, corporate food festivals, the inability of pubs to serve a full pint of beer and a very definite « no » from the editor to my suggestion that the whole article could consist entirely of pictures of Jamie Oliver. Instead, I have whittled it down to the 10 suggestions below.

10. Slates, smears, commas and skidmarks

Chefs should never ever forget that, in the end, all they are doing is making dinner. Most of us have very simple needs – I know I do. I want my meal served on a plate not a piece of rock which looks like it has been hacked off a menhir at Stonehenge, and I want a proper amount of sauce, not a small blob formed into a comma with the Bicester Village Prada Online back of a spoon.

9. Small plate dining and international tapas

Constructing your own menu from small plates may seem like a fun idea at first, particularly if you are with friends and want to sample lots of dishes. The true horror only emerges once the bill arrives. It is always about 50% more than you expected and inflated by the aggressive up-selling of the waiting staff – « what, you only want 16 courses for the three of you? Really? » – oh, and when did it suddenly become OK to call anything served on a side plate ‘tapas’?

8. Cheap cuts at cut-throat prices

Ten years ago my butcher used to throw a couple of lamb breasts into my weekly order because he « couldn’t give them away ». Now, supermarkets are selling them for the price I paid for my first car. The same is true of belly pork, ox cheeks and lamb shanks, marketed now as « forgotten cuts » for which we must pay through the snout. Who says nobody makes money out of a recession?

7. Underground pop-up restaurants

It seems that every restaurant now needs to come complete with a concept. Now they must ‘pop-up’ so we realise we only have a few weeks to experience the chef’s brilliance or go ‘underground’ which as far as I can tell is like a dinner party you pay for. What ever happened to the days when the only concept a restaurant needed was to be any good?

6. MasterChef

MasterChef Authentic Prada Shoes Outlet used to be a low rent Sunday afternoon diversion with the longest vowels on telly. Now, there are about eight Authentic Prada Canvas Bag different versions as every subsection of Black Prada Bag With Gold society tries to show an ever-expanding bald grocer and a glassy eyed Aussie that they have learned a lot from their « incredible journey. » Its natural conclusion will obviously be « Serial Killer Cannibal MasterChef » where Gregg can tell someone their mother needed another five minutes in the pan.

5. Molecular gastronomy

Cooking is a broad church and even if I don’t consider espuma as a course, I can see why so many people become excited about the skills of Ferran and Heston. A foam gun costs as little as £20, which means that any halfwit with access to the internet can declare themselves a practitioner of the Authentic Prada Clothing fine art of molecular gastronomy. The words of an old college lecturer come back to me; « Just because you can, doesn’t mean you should. » Most of them shouldn’t.

4. Gastropubs

There is nothing wrong with pubs serving food or with pubs becoming restaurants to stave off closure. It is that grey area in the middle when they Authentic Prada Handbags For Cheap can’t decide what they hell they are that is the problem. Not comfortable enough to linger over a meal, but too full of diners to find anywhere to sit with a pint. End result – confusion and a scotch egg costing a fiver.

3. Seasonal and local

It used to be all about ‘organic’ but now ‘seasonal’ and ‘local’ have become the marketing buzzwords de jour. Harking back to a golden age of Black Prada Bag With Gold British food which never really existed they are paraded with such regularity to have become meaningless. The last person to berate me for buying unseasonal produce was drinking a cup of tea. ‘Nuff said.

2. Bloggers

I know, I know, I am one of them. I have asked to be moved in a restaurant because, and I quote « I need better lighting » and told my fiancée that her cooking was « great but Bicester Village Prada Refund not bloggable ». But even I admit that it is all getting out of control. Where once there were only a handful of us, now we are legion and the noise from the blogosphere is becoming deafening. Perhaps it is time we all put our cameras down and started enjoying our food again?

1. Chef as brand extension

Is there anything chefs won’t agree to put their names on in the name of profit? Pots, books, gadgets, ‘jellified’ stocks and sauces, the list is endless. No one begrudges anyone the right to make a dollar, but please don’t insult our intelligence by telling us that brand extension does not come at the expense of the quality of food from your kitchen. I have spent hundreds of pounds proving you wrong. If I had to sum up the noughties in just two words it would be ‘flavour shaker’.

Some of the trends above were bad ideas to begin with and just plain wrong. The others are more evidence that Agatha Ruiz Dela Prada Online Shop we in Britain are able take a perfectly acceptable concept and ruin it by assigning its control to the media and those with less imagination and ability than the originators.

So do you agree or am I being horribly unfair? What are your least favourite trends of the last decade?

Prada Mens Boat Shoes Zixya

The Measure

Going up

‘Soooo Sarah Harding’

Cuss du jour replica prada travel bags, as used by Lily Allen to describe something too flashy and trashy.

Armistead Maupin

A new Tales Of The Agatha Biggest Prada Outlet In Italy Ruiz Dela Prada Outlet Online City book! Yes! God is great!

Bare legs with ankle boots

Once Barberino Factory Outlet Prada we would have thought they were ‘soooo Sarah Authentic Prada Shoes Sale Harding’ (see above), but Burberry has shown us Authentic Prada Bags For Sale Philippines the error of our ways.

Gladiator sandals

Worked Agatha Ruiz Dela Prada Shoes Uk last summer, still working this time round.

US Vogue documentary

How excited are we? So excited! Let’s hope it’s a bit more gripping than that Grazia pap …

Foreign music Agatha Ruiz Dela Prada Uk Sale festivals

Bugger British weather. This summer we’re going to Dubai.

Going Authentic Prada Milano Handbags down

Brass band ‘irony’

Yeah, you know we’re excited about Bassey at Glasto but that, coupled with Mark Ronson’s overly horn-based album, is getting Authentic Prada Wallet For Sale Philippines a bit much for our About Prada Products irony-o-meter.

Open-necked shirts

Sorry, guys. Your summer look has been Blair/Cameronised for ever.

Men in wigs

Attention Mr Spector – not helping your defence.

Eddie Murphy

Fast becoming a regular here. Heavens, did you read that Mel B interview in OK!? Axel Foley, shame on you.

Ben Elton

Re Get a Grip: flush, flush, ooh, it’s the sound of someone’s career going down the pan.

Prada Factory Reset Qlbtl

Pellegrini defiant after Manchester City lose at Crystal Palace

Manuel Pellegrini insists that he does not fear for his job despite Manchester City falling to a defeat at Crystal Palace that leaves the reigning champions fourth in the Premier League, nine points behind Chelsea at the top and in a battle for automatic Champions League qualification.

City were beaten 2-1 in south London despite dominating for large periods of the game, Glenn Murray and Jason Puncheon scoring for Alan Pardew’s side before a late strike from Yaya Touré set up a tense finish. The result means they have not won away from Eastlands since mid-February and increases the pressure on Pellegrini.

The Chilean did not concede the title to Chelsea in the aftermath of defeat, defiantly claiming that he is focused on his own team’s results rather than potential permutations at the summit of the division. However, Chelsea have a game in hand over City and any turnaround now would require a remarkable collapse from José Mourinho’s side.

Asked if he Authentic Prada Fairy Bag For Sale was worried for his job, Pellegrini said: “No. [I am] never concerned about Are Prada Mens Shoes Good my job. That’s the only thing I’m never concerned about. I do my work and am very happy. You Authentic Prada Leather Handbag maybe have a difficult season, but you never worry about things like this.

“It’s difficult to understand the result. We played a very good game from beginning to end, had a lot of chances to score. Crystal Palace scored the first goal which was clearly offside, and then a beautiful free-kick. It’s Agatha Ruiz Dela Prada Clothing Uk difficult to understand, but football happens like this.

“In different moments in football, you can win or lose. I hope we continue playing like we did today and we are more lucky. Every point you drop makes it more difficult, but it’s the same answer. We are not thinking about Chelsea or the title. Just about the next game at Old Trafford.”

Palace’s opening goal from Murray came in controversial circumstances. Scott Dann appeared to be in an offside position during the buildup and City’s players protested vehemently to the referee, Michael Oliver.

“It was a clear offside,” added Pellegrini. “The first minute, there was another Barberino Factory Outlet Prada clear offside. The mistake the referee can do … there was Are All Prada Products Made In Italy also after that a clear penalty and a lot of things happened in the game. But with the way we played replica prada belts, we must win this game.”

City go into their next match, at Manchester United on Sunday, trailing their local rivals by one point in the hunt for a Champions League spot. Only the top three qualify automatically for the tournament but Pellegrini dismissed such concerns. “I’m not thinking about that,” he said. “I’m trying to win the next game.”

For Crystal Palace and Pardew, the mood Agatha Ruiz Dela Prada Online Shop About Prada Products was certainly contrasting. Selhurst Park was buoyant once again as Palace propelled themselves to 11th in the table, a fine feat given they were embroiled in a relegation fight when Pardew succeeded Neil Warnock in January.

“There wasn’t too much Authentic Prada Bags For Sale Philippines of a secret tonight,” said Pardew. “It was about resilience and good organisation. Great character in the team. It was an important first goal tonight to set the mood for the game. We managed to get it. I was disappointed we didn’t control it better in the first half than we did, but we got another immediately in the second half. We got a bit of luck.”

Regarding the title race, Pardew said: “It’s difficult now, with nine points being the gap. A long haul. Psychologically for Chelsea, with all the pack closing in on them, the next defeat or draw for Chelsea will be a big test. You wouldn’t want to lose Authentic Prada Canvas Bag that kind of lead.

“City are going to have to play on that. There’s a long way to go still, a lot of points up for grabs. But I can only look at us: we came up against a committed team; they weren’t lacklustre or poor. They were very good and we had to ride our luck.”

Prada Bags Red Eodgs

Green for go

The thing I like about sorrel is its absolute dependability. A few drab seeds in the ground, grow bag or window box, and you’re set with sorrel for ever. Every year up it comes, regular as clockwork, at the first touch of warm weather, shafts of brilliant green against the brown earth, a sharp and lively forerunner to all those bits of greenery that are to come.

The thing I don’t like about sorrel is that it keeps on coming all summer long. No matter how often you pick it, it never knows when it’s beaten. Pick it until there isn’t a shoot left to pick, and then go back a week or so later, and it’s as if you had never picked it in the first place. This invincibility is admirable in some Authentic Prada Handbags Outlet Uk respects, but rather wearing in Authentic Prada Leather Handbag others. What do you do with all the stuff?

The French, who traditionally have been fonder of sorrel than we are, have a whole raft of recipes with sorrel as their backbone – potage Germiny, saumon à l’oseille, oseille au jus, anguilles au vert, to name just a few. That may be because they civilised the wild weed and turned it into an altogether more refined – what? Herb? Salad? Vegetable? I am not quite sure which – and have been nibbling at it since the middle ages.

We Brits showed characteristic Anglo-Saxon caution in food matters, and didn’t really get the sorrel kick until the beginning of the 16th century. But once we got a taste for it, there was no going back. In fact, John Evelyn in his Acetaria, A Discourse Of Sallets, of Authentic Prada Messenger Bag For Sale 1699 (Prospect Books, if Authentic Prada Bag For Sale Philippines you want to take this further) describes three varieties of sorrel: French « with the round leaf »; « the broad German »; « but the best is of Green-land: by nature cold, abstersive, acid, sharpning appetite, asswages heat, cools the liver, strengthens the heart ». I couldn’t have put it better, myself – in modern parlance, sorrel is packed with vitamins A, B1 and C.

True, you have to get over the rather unprepossessing khaki sludge colour that sorrel goes when cooked. It is difficult to make a sorrel dish look really sexy. But you’ll also find that it’s packed with a distinctive, sharply acid flavour, which takes a bit of taming when it comes to cooking. (Nikki Duffy will provide the lowdown on where to get it in her Super Ingredients column next week, as well as some more ideas on what to do with the stuff.) In my view, sorrel benefits best of all from the restraining influence of stock, cream, butter – or all three.

All recipes serve four.

Sorrel mousse with cannellini bean cream

The cannellini cream, as well as the cows’ cream in the mousse, brings the acidity of the sorrel under control. Beans and sorrel go very well together, incidentally.

For the cannellini cream

200g cannellini beans (or ½ 410g tin)

2 tbsp olive oil

1 small onion, finely chopped

1 stick celery, finely chopped

115ml vegetable (or chicken) stock

½ bunch flat-leaf parsley, chopped

Salt and pepper

For the mousse

500g sorrel leaves

50g unsalted butter

250ml double cream

3 eggs

Salt and pepper

First make the cannellini cream. If your beans are dried, Authentic Prada Handbags For Cheap you’ll need to soak and cook them first (boil in unsalted water until soft, for up to two hours). Heat the oil in a pan and, when mazy, add the onion and celery. Fry until soft – about five minutes. Tip the drained beans into the pan, add the stock, and bring up to a simmer. Cook for 10 minutes. Pour the contents into a blender or food processor, and blend until smooth (pass it through a fine-mesh sieve if you want it smoother still). Stir in the parsley and seasoning (though if you’re feeling lazy, add them before blending).

Now for the mousse. Preheat the oven to 160C/325F/gas mark 3. Wash the sorrel thoroughly, and strip away the stalks from the leaves. Put the butter into a saucepan and heat until it turns light brown. Throw in the sorrel – the leaves will almost immediately collapse and go an unattractive khaki colour. Cook for one to two minutes. Scrape the sorrel into a food processor or blender, add the cream and whizz until smooth. Taste. Season. Add the eggs and whizz again.

Butter four ramekins (or one large dish). Pour in the mousse mixture, then place in a roasting tray with a piece of folded newspaper underneath (this promotes even cooking). Pour boiling water into the pan until it comes three-quarters of the way About Prada Products up the sides of the ramekins. Cover with loose greaseproof paper or foil and bake for 35-40 minutes. You can tell when they’re ready by sticking a knife into one of them – if it comes out clean, they’re done. Turn them out, surround with the cannellini cream and serve.

Cold sorrel, potato and wild garlic soup

This year, the wild garlic leaves popped up at much the same time as the sorrel.

2 eggs

50g butter

1 small onion, finely chopped

300g sorrel

½ cucumber, peeled and sliced thin

1 big handful wild garlic leaves

400ml vegetable (or chicken) stock

115ml crème fraiche

Salt and pepper

Hard-boil the eggs, then cool them under running water until completely cold. Heat the butter in a saucepan until foaming, add the onion and fry gently for five minutes. Add the sorrel, cook for 30 seconds, stir, then add the cucumber, garlic leaves and stock. Cook for five minutes more, then whizz in a food processor or blender. Add the crème fraiche, whizz again briefly and pour into a serving bowl.

Peel and chop the hard-boiled eggs click over here, stir into the soup, then season to taste. Cool and then chill. And then serve.

Pork steaks with sorrel and shallots

I came across some pork steaks cut from the shoulder in the freezer, and wondered Black Prada Chain Bag what on earth I could do to jolly them up. Then I remembered the glut of sorrel (how could I forget?) out in the garden – its sappy sharpness would be just the thing to cut the good-humoured richness of the meat, I thought. And so it was. Serve with a few carrots glazed in butter – sour/sweet, Authentic Prada Bags Uk jolly nice.

55g butter

6 pork steaks

4 shallots, finely chopped

115ml vermouth (or white wine)

1 handful sorrel leaves

115ml chicken (or vegetable) stock

Salt and pepper

Heat the butter in a deep frying pan until foaming. Brown the steaks on both sides, then remove from the pan and keep warm. If the butter in the pan is burnt, tip it out, wipe clean with kitchen towel and melt another 55g butter. Toss in the shallots and fry gently until translucent. Add the vermouth, boil until reduced to a couple of tablespoonfuls, then add the sorrel. Return the pork to the pan and pour over the stock. Poach gently for 10 minutes.

Poached brill with sorrel sauce

A classic of the Norman kitchen.

500g sorrel

115ml fish, vegetable or chicken stock

250ml double cream

Salt and pepper

1 brill, weighing 1.4-2kg

Salt

First make the sauce. Wash the sorrel and strip off the Black Prada Chain Bag stalks. In a saucepan, bring the stock to a boil, add the sorrel and cook for 30 seconds. Stir in the cream, bring back to the boil and cook until the cream reduces and you Authentic Prada Milano Handbags have a thick, khaki-coloured purée. Season to taste. It won’t be much of a looker, but it wins out over a lot of prettier sauces on the flavour front.

Poach the brill by placing it in a large pan. Cover with cold water and add two dessertspoons of salt. Bring gradually to the simmer. Turn off the heat and leave the brill in the hot water until needed.

To serve, carefully lift the fish out of the pan, peel off the skin, lift off the fillets and serve with the sauce and some boiled potatoes

In 2015, Eden Hazard was presented with the award for his

Hailed by renowned music critic Harris Goldsmith as « the most exciting prodigy to ever come my way » (Musical America), 17 year old Chinese American pianist Conrad Tao was found playing children’s songs on the piano at 18 months of age. Born in Urbana, Illinois, he gave his first piano recital at age 4, and at age 8, made his concerto debut performing Mozart’s Piano Concerto in A major, K. 414.

Canada Goose Outlet The loss ended the upstart Predators deepest playoff run in the franchise 19 year history. Having won just three of 12 playoff series before this year http://www.canadagoose7.com/, Nashville opened this postseason by eliminating the top seeded Chicago Blackhawks in four games. In doing so, the Predators became the first eighth seeded team to sweep a first round series since the current playoff format was introduced in 1994.. Canada Goose Outlet

Cheap Canada Goose Spinat ist eine weitere gemeinsame Lebensmittels, das Risiko von Ermdungsprobleme zu lindern. Nach Forschung, findet sich dieses exotische Lebensmittel, angereichert mit eine gute Menge an Eisen, Vitamin B9 und E. Auch, nie zgern Sie, Blattspinat vor dem Verzehr kochen. Cheap Canada Goose

Canada Goose Jackets In 2010. The Professional Footballers’ Association have been running a Player of the Year award since 1973. The award praises the footballer who has performed the best in English football. In 2015, Eden Hazard was presented with the award for his efforts with Chelsea. Canada Goose Jackets

Canada Goose Parkas Is what everybody kind of hopes for this is the best of the best. Said as someone who is academically inclined, she been working not just to achieve good grades, but also to save her money. She currently works three jobs while maintaining a high grade point average and being involved in different school clubs.. Canada Goose Parkas

Canada Goose Sale Dan apa yang Anda ingin lakukan adalah meletakkan langkah sebanyak yang Anda bisa hanya untuk memiliki mereka merespon. Jadi cheap canada goose, sebagai contoh, Anda dapat mengirimkan surat pertama Anda (Anda melakukannya dengan cara Anda lakukan itu, seperti mengatakan, Anda menulis dalam pena biru atau hitam), dan bila Anda tidak mendapatkan jawaban, Anda kemudian mengirimkan satu lagi. Ini waktu dengan menggunakan pena merah dan menaruh beberapa informasi lebih lanjut di atasnya (dan juga akan terlihat seperti potongan baru!).. Canada Goose Sale

Canada Goose Coats On Sale Voltage gain and phase relationships: With the ac signal is input to the base of the phase splitter circuit, the ac signal( voltage) at ouput emitter is in phase with the input signal and the ac signal( voltage) at output collector is 180 out of phase with the input signal. Although the ac voltages at the emitter and collector are 180 degrees out of phase but thee ax currents at the input, emitter, and collector in phase. When calculating voltage gains from measured input and output voltage, you do not need to convert voltages from peak to peak to rms values Canada Goose Coats On Sale.

Prada Men’s Optical Frames Vhfan

Fortnum & Mason customers still awaiting £5,000 Christmas hampers

Tradition dictates that Black Prada Bag With Gold if Christmas decorations are not tidied away Black Prada Bag With Gold by today, households will be plagued by bad luck for the rest of year.

The centuries-old Twelfth Night tradition could leave hundreds of the nation’s wealthiest in a spot of bother as many Bicester Village Prada Refund are still awaiting Christmas hampers costing up to £5,000 from Fortnum & Mason.

The world-famous Piccadilly emporium has been forced to admit that it still has not delivered orders placed weeks before Christmas.

Fortnum, which traces its roots back to 1707, said it has still not been able to deliver all of its orders for festive treats, including its £40 Queen Elizabeth Christmas pudding with gold-leaf almonds.

The Queen’s favourite grocer said it was still reeling from an IT glitch that brought down its electronic delivery system before Christmas. Despite drafting in 100 extra customer service staff, including managing director Beverley Aspinall, the store is Bicester Village Prada Online still faced with a significant backlog almost two weeks after the big day.

A spokesman for the company, which has previously managed to deliver a hamper to an expedition up Mount Everest, said the « vast majority of customers received their orders before Christmas » but admitted there many are still awaiting their box of treats.

« Fortnum & Mason experienced severe issues with IT Black Leather Authentic Prada Shoes Sale Prada Milano Purse Authentic Prada Bags Online Singapore infrastructure that caused delays to some Christmas deliveries pradasg.com, » the spokesman said. « This was not acceptable and we are working with our IT suppliers to ensure that we do not disappoint our customers again in the future.

« We are very sorry that this situation occurred. We have been doing everything in our power to rectify it for our customers, so that we can deliver the excellence of service that they expect. We will offer a full refund to anyone who did not receive their order and our customer service team is working through any outstanding issues on orders. »

The company would not say how many people were still awaiting delivery.

The long delay is likely to embarrass the company, Agatha Ruiz Dela Prada Dresses Uk which has boasted Queen Victoria, Oscar Wilde, Elizabeth Taylor and Frank Sinatra among its celebrity clientele.

On Authentic Prada Handbags Outlet Uk its website, the Piccadilly store states that: « It’s at Christmas that the Fortnum’s hamper really comes into its own. After all, what could be more satisfying than to have Christmas delivered to your door? Our Christmas hampers are designed to provide just that, as each one contains all the essentials and luxuries that one needs for a proper, slap-up feast.

« A Fortnum’s hamper is the ultimate Bicester Village Prada Discount indulgence at Christmas – filled with edible and drinkable delights and luxuries, it is quite the best thing to find on your doorstep on a snowy morning.

« When the Fortnum’s Christmas hampers are put together each year, it is done with two things in mind. Everything inside must be the finest of its kind; and there must be a Fortnum’s hamper for everyone. »

Fortnum sells 40 different hampers including a £5,000 Imperial Hamper packed with Beluga caviar, foie gras truffles, cognac butter, a magnum of Cristal 2002 and a bottle of 32-year-old whisky.

Prada Outlet In Italy Website Lgbig

Brendan Rodgers and Liverpool to move on Premier League title in stages

Brendan Rodgers has been playing down Liverpool’s title hopes all season, apart from the short time where he built them up and performances Agatha Ruiz Dela Prada Clothing Uk suffered, but as of last week the club’s cover has been blown. Liverpool touched the top Agata Ruiz De La Prada Shop On Line of the table with six games to play and, though the same could be said of Manchester City, the title is theirs to lose.

« The finish line is a long way off, there is still a lot of work to do, » Rodgers said. « Some people think that with six games to go the finishing line is in sight, but every club will have difficult games between now Authentic Prada Handbags Online Australia and the end of the season. I only think of the next game. If we win that, I start thinking about the one afterwards. It is usually a mistake to look too far ahead, it gets too daunting. That’s why you plan ahead in stages. We don’t do it in one hit. »

The visit of Manchester City to Anfield on 13 April still looks to have title Agatha Ruiz Dela Prada Shop Online decider written all over it, though to stay in charge of Agatha Ruiz Dela Prada their own destiny Liverpool need to negotiate West Ham away on Sunday afternoon. As Chelsea found at Crystal Palace last week, opponents in the bottom half of the Premier League table cannot be taken for granted.

« It’s a big game, they are all big games now, » Rodgers said. « West Ham are in good form replica prada satchel, six wins out of nine, and are a difficult opponent because of the way they play. The other results last weekend gave us a boost, but I can’t say they surprised me. This is why we keep saying the Premier League is the most competitive in the world.

« Bayern Munich’s domestic season is over with seven games to play. The Spanish league is tight at the top, and in Italy Juventus are well Authentic Prada Online Shop in front. But in England a team like Palace can peg back a side going for the title. Whether you are playing the top team or the bottom team in this country, you always have to go into the game with the right mentality. You have to respect your opponents and then try to bring your own game to bear on the match. »

If it is true that West Ham are difficult opponents because of the way they play, that must have something to do with Andy Carroll, the attacking spearhead Rodgers allowed to leave Anfield for Upton Park, along with Stewart Downing. It would, of course, be embarrassing were a goal or two from Carroll to knock Liverpool off course, though, on the other hand, Black Prada Chain Bag it appears unlikely the club would be on the lofty perch they occupy had Rodgers retained an old-fashioned centre-forward and compromised the attacking style that has evolved this season through the direct pace and penetration that Philippe Coutinho, Daniel Sturridge and Luis Suárez can offer.

« Andy wasn’t let go because he wasn’t good enough. I think both he and Stewart Downing are fantastic players, » Rodgers explained. « But Andy wanted games, he needed to play every week, and I just couldn’t offer him that. West Ham play in a different way, and for that style of football there’s not many better than Andy. He is one of the best players in Europe at attacking the ball in the air. »

Excited as Rodgers is to be in sight of the end of the season and a possible first title for Liverpool in almost a quarter of a century, he is keen to emphasise that his main aim is consistency over a period of time. Bicester Village Prada Store Number A title would mean everything, particularly to a player such as Steven Gerrard, who had practically given up hope of getting this close before retirement, but Rodgers would be disappointed were his side to prove unable to match this season’s standards in the years to come.

« The challenge is to make it sustainable, » he said. « Ideally we would like a situation where young players can get into the team, senior players have the opportunity to Authentic Prada Leather Handbag be better, and Liverpool are Authentic Prada Vitello Daino up there in the market for the best players in the world.

« We are a little ahead of schedule at the moment, but you could see against Tottenham last week, when we had the chance to go top, that we stayed calm and played with composure as well as aggression. Now I am hearing that we are only doing so well because we are not playing in Europe. I keep having that thrown at me. But coming from where we started has been unprecedented. I have been watching the Premier League for a long time and I have never seen a team from outside the top four going anywhere near winning the title. »

Prada Sneakers Original Ttvie

A team even more over than ripped jeans, Hard-Fi and Kenny Dalglish

NEXT STOP: CAMP NOU

The way some people have been going on since Saturday, you’d think Pep Guardiola had spent the last few days sat on a bar stool telling anyone who’ll listen he used to manage the European champions you know, while an Bergdorf Goodman Prada Mens Shoes unshaven Lionel Messi had Authentic Prada Messenger Bag For Sale been walking around the streets of Barcelona, like Ron Burgundy after he’d been sacked from Channel 4 Evening News, shouting: « It’s so damn hot! Milk was a bad choice! » And, indeed, it is hot in Barcelona today, a sweltering 21C with clear blue skies in fact, meaning Chelsea’s hopes of a wet, windy Tuesday night in Stoke look slim, and not just because they’re in Barcelona.

But Biggest Prada Outlet In Italy their chances of reaching Big Cup final are not, for Barcelona come into this game on the back of two defeats for the first time under Guardiola since May 2009, reeling from losing El Clasico at the weekend. That means it’s BARCELONA IN CRISIS!!!!!!!!!!!! Yes, a team that has already won three Authentic Prada Americas Cup Sneakers trophies this season and could end it with five out of six is even more over than ripped jeans, Hard-Fi and Kenny Dalglish. Get with the picture guys! Barcelona are so old news! Move on. It’s done. Messi? Overrated. Andres Iniesta? He’s no Fabio Rochemback. Xavi? The Daily Mail had it right all along.

Only, that’s not really the case, is it? While an excellent Madrid side made Guardiola regret his tinkering, there wasn’t too much wrong with Barcelona at Stamford Bridge last week. If they match that performance tonight, they should stroll through to a third final in four years, as long as Cesc Fabregas and Alexis Sanchez decide not to act like eejits in front of goal again. Even then, Chelsea will still have to stop Messi from adding to his 63 goals this season. Although he has never scored against Chelsea. Hmm. Back Chelsea.

The hot news to emerge from yesterday’s press conferences is that both football managers think their football teams are going to do a win in the football match. For his part, Roberto Di Matteo insisted Chelsea will try to mount an attack or zero. « I do think we’ll have to try and score a goal, » he sighed. « That would give us a greater chance. » Yes. Goals do tend to be quite handy in football matches. « They’re strong and have the weapons to hurt us, so this is a big challenge, » Guardiola said in response. « But I have no doubts that Ap Lei Chau Prada Factory Outlet we’ll get to Munich. I can either sit here and be depressed about the result of the first match or I can be optimistic. And I have faith. »

It was left to Gerard Pique to inject some much-needed light relief and claim that Didier Drogba is not a diver. « Every time a player goes down and complains, I believe he’s been hurt, » he said. « If he keeps doing that, you might end up thinking that’s the case. But, for now, I believe in his honesty. If not, we’d have to start to talk about football not having fair play and being all about cheats. » Comments that would have only been more amusing if they had been uttered by Sergio Busquets.

Join Jacob Steinberg from 7pm for live MBM coverage of Barcelona 3-1 Chelsea (3-2 agg).

QUOTE OF THE DAY

« Beckham and Lampard and the whole Man U team » – Pele has Black Prada Doctor Bag a new rival for the Utterly Useless Rent A Quote Of The Year Award! Ronaldo names his favourite young English players during his trip to the London 2012 football draw. The big-boned one has also tipped Pitt the Elder as Britain’s next PM and Austrian teen heartthrob Wolfgang « Woolfy » Mozart to win Best New Act at the Smash Hits Poll Winners’ Party.

FIVER LETTERS

« All this fuss about Messi scoring 63 goals in a season. There was even a letter about it in the print version of Big Paper. No one mentions that Liverpool have managed 60 in all games so far, and we’ve still got five games to go » – Tony Lynch.

« In homage to Real Madrid and Chelsea’s results against Barcelona, I would like the Fiver to start a START BUS PARKING campaign. I believe this would also be useful at one’s office, where one can park the bus to desperately avoid work by: Black Prada Bag Mission Impossible a) blocking all work coming to your desk; and b) constantly tripping over things and rolling on the floor as if shot by a sniper » – Herman H00ker.

« Re: Sam Miles on Shay Given (yesterday’s Fiver letters). I have been saying this for years about Given, and I’ve never really understood why no one else seems to be able to see it (apart from Barry Glendenning). Our defence has got noticeably better since he left Newcastle. And if I could be bothered to do any research on this at all, then I reckon the pattern would repeat with Manchester City. Brilliant keeper my … » – Sally Paterson.

« Re: yesterday’s ZX Spectrum-related last line. Ah (audible reminiscent sigh), the 1988 flashback to the past took me back to a better time. When all matches were more blocky and rugged and were decided purely by skill. Not by refereeing decisions/spineless officials/too much added time/the 12th man/fixture scheduling/balls that didn’t cross the line but were given as a goal/balls that did cross the line but were not given as a goal/inept suits stuck in a time warp failing to implement goalline technology/boardroom issues even though no one on the board would be playing in the match anyway/Twitter/fan protests/traffic/ridiculously expensive and overly accurate statistical software/weather/the questionable groundsmanship of the playing surface/the roundness of the ball (because, of course, back in 1988 the ball practically had corners, see the video, adidas have done the footballing world a cracking service)/the ergonomic aerodynaminism of the respective kits worn/the time of kick-off/transfer budgets/strong winds/phantom beach balls/foreign managers that cannot speak a word of the Queen’s/inanimate woodwork that seems to move every time a Liverpool player shoots (although that’s no excuse, but still worth saying in the post-match interview)/pre-match handshakes/24-hour rolling media circus/Mr 15% and so on! I could go on but I don’t want to ruin this sense of nostalgia, after all it’s just a game … oh » – Paul Munro.

Send your letters to the.boss@theguardian.com. And if you’ve nothing better to do you can also tweet the Fiver.

BITS AND BOBS

Denmark’s players have been banned from social media during Euro 2012. Lucky Denmark followers. « There was a time when we lived without Twitter and we’ll be able to do it during the Euros replica prada saffiano handbags, » tapped Thomas Sorensen, Authentic Prada Vitello Daino as Danish journalists cried into their Midsomer Murders box sets at having to find other sources for stories about what Nicklas Bendtner is eating for breakfast.

In a desperate attempt to inject some jeopardy into the situation, Stuart Pearce has said David Beckham is not guaranteed a place in the Team GB squad for London 2012. But we all know that he’ll be there in the end. And who really cares anyway?

Meanwhile, Team GB’s team of perfumed, beautifully coiffed semi-professionals are applying their make-up and Authentic Prada Bags Uk getting ready to play Uruguay, UAE and Senegal at London 2012 while – wait for this one to zing – Agatha Ruiz Dela Prada Shoes Sale the women’s team will play New Zealand, Brazil and Cameroon.

Once again showing that he has his finger on the pulse of the nation, Roberto Mancini has played down the significance of Monday’s fight to the death between Manchester United and Manchester City. « For us it will just be one more game, » Mancini said. These mind games are really getting to him.

And assorted football hacks have proved themselves even more clueless than the pros by voting Paul Scholes third in their Footballer of the Year award. Whether that’s for his displays in the first half of the season or the second is unclear.

STILL WANT MORE?

Cristiano Ronaldo stars as a gladiator, chewy sweet and his big-boned namesake in this week’s Gallery.

Team GB’s group opponents Uruguay are likely to select Diego Forlan, Edison Cavani and Luis Suarez as their three overage players for the Olympics. Stuart Pearce may choose those bastions of the Olympic idyll Lee Cattermole and Craig Bellamy in his, as Louise Taylor explains.

If you were wasting time on the internet this afternoon instead of doing your job you could have posed a question for Dominic Fifield on Barcelona v Chelsea. As it is you can just make do with reading the questions of others.

And Chelsea must better perfection against Barcelona, declares Daniel Taylor, little realising that particular oxymoron was achieved during Aston Villa 0-0 Wolves back in August.

SIGN UP TO THE FIVER

Want your very own copy of our free tea-timely(ish) email sent direct to your inbox? Has your regular copy stopped arriving? Click here to sign up.

THE HUNT IS ON

Enfin on entend parler les instituteurs ! En l’occurence, des institutrices.

Paru dans le Monde le 23 janvier, un éditorial stupide et démagogique a révolté les lecteurs avertis. Treize institutrices ont écrit des lettres virulentes et passionnantes au journal. On y voit l’amour de leur métier et la rage contenue d’être si peu consultées pour les réformes successives, alors qu’elles connaissent tant les conditions de leur travail et de la vie des enfants. Lisez ces lettres. Elles sont magnifiques. Vous pouvez sauter l’article du Monde qui les précède.

Treize instits entre colère et galère

Elles sont treize. Treize institutrices ; jeunes ou vieilles, actives ou retraitées, parisiennes, provinciales, banlieusardes… Treize femmes meurtries par l’éditorial de leur journal qui, mercredi 23 janvier, dénonçait le corporatisme de la grève contre la réforme Peillon − un édito qui a fait des vagues parmi nos lecteurs, constate le médiateur dans sa dernière chronique (Le Monde du 27-28 janvier 2013). Ces treize se sont mises à table pour nous écrire leur colère, nous décrire leur galère, nous inviter à venir vivre leur quotidien, à emprunter avec elle le chemin d’une école qui n’a rien de buissonnière… Certaines assument une certaine forme de corporatisme, « seul rempart que nous ayons face à l’extrême difficulté de ce que nous vivons au quotidien », dit Caecilia Renault, de Bagnolet (Seine-Saint-Denis). «Ce que je ne souhaite pas pour mes enfants, je ne le souhaite pas non plus, pour mes élèves, est-ce du corporatisme ?», se demande Marianne Pidoux (Paris). La plupart ne se retrouvent ni dans l’attitude «étriqué et lamentable» que déplore notre éditorial, ni dans le refus pur et simple de la réforme qui est engagée par Vincent Peillon. Plusieurs n’hésitent pas à proposer des améliorations, à formuler des contre-propositions. Toutes sans exception affirment haut et fort leur amour des enfants dont elles ont la charge. « Ceux pour qui nous nous levons, nous réfléchissons, nous partageons, nous évoluons, nous travaillons bien plus que 35 heures ou quatre jours par semaine…», rappelle Sarah Sousa Domingos. Cette enseignante dans le 18e arrondissement de Paris, comme ses douze consœurs, assume sa «vocation», rappelant qu’« être professeur c’est passer plus de temps avec les enfants des autres qu’avec les siens. » Entre galère et colère, entre résignation et vocation, entre amertume et porte-plume… sklep new balance 966 meskie Treize témoignages à lire… et à écouter. Pascal Galinier, Médiateur du Monde (les titres des courriers ci-dessous sont du médiateur) ================================================================= A quand l’Europe de l’enseignement ? J’ai été scandalisée par le contenu de votre éditorial de mardi dernier concernant les enseignants du 1er degré. Nous avons l’habitude d’être traités de corporatistes, passéistes, incapables d’accepter toutes réformes, seuls responsables des « mauvais » résultats dans les études PISA, mais là vous dépassez les bornes. New Balance 420 mujer Pourtant, on en a eu des changements : en 25 ans de carrière, je peux vous dire que mon travail a complètement changé (enseignement des langues, de l’informatique, application de réformes diverses et variées….). Tous les instituteurs sont d’accord sur le déséquilibre de nos horaires de travail et nous sommes tous d’accord pour raccourcir la journée de classe. Faisons comme la plupart des pays européens : Allemagne : sortie entre 13h et 13h30, Espagne : 9h-14h, Angleterre : sortie vers 15h…. Moins d’heures par jour nous permettraient de pouvoir travailler sereinement le mercredi matin. Mais la fatigue de ces 4 jours (je vous rappelle que nous faisons 6h40 par jour devant élèves) est compensée par ce fameux mercredi, qui nous permet de « tenir ». Pourquoi nous sommes contre cette réforme ? Les enfants sortiront à la même heure : 16h30, et même beaucoup à 18h. air max pas cher pour homme En quoi allons-nous alléger leur journée de travail ? Ou bien faites-vous partie des gens qui ignorent encore que la fatigue de l’enfant est en grande partie due à ces longues heures en collectivité. Croyez-vous vraiment qu’un enseignement artistique ou scientifique demande moins d’attention à un élève qu’une leçon de grammaire ou de maths ? Connaissez-vous un autre pays européen où la pause de midi va durer 2h45 ? Venez dans les écoles voir comment se passe cette pause de 2h, surtout en hiver : dans la cour, quand le temps le permet, devant une vidéo dans le préau quand il pleut, 20 élèves en BCD, 12 en informatique… Cette pause (trop longue) est déjà catastrophique et ils veulent la rallonger de 3/4 d’heure. Qui va s’occuper des 300 enfants de mon école qui mangent à la cantine ? De quelles associations parle-t-on ? Comment va-t-on avoir les locaux nécessaires, alors que les instits sont dans leurs classes pour leur travail de correction et de préparation (et oui, nous travaillons plus de 40h par semaine avec un salaire parmi les plus bas de la zone OCDE). Arrêtons d’être hypocrites : l’école sert de garderie depuis toujours et le lobby des hôteliers a toujours eu plus de poids que ce soi-disant bien-être des enfants. asics gel lyte 3 blu uomo

Je propose 4h de classe par jour, tous les jours, les vacances intermédiaires plus courtes et là on pourra dire que l’intérêt de l’enfant aura été pris en compte. Votre éditorial était minable et malveillant, pourtant je ne vais pas traiter tous les journalistes d’incompétents et de malhonnêtes. Boston Celtics Sophie Belchi, institutrice en ZEP dans le 11e arrondissement de Paris —————————————————————————————————— Instit et fière de l’être ! Je ne saurais dire à qui j’écris aujourd’hui puisque ce fameux édito du 22 janvier 2013 a le courage d’être anonyme! Moi, je suis Sarah Sousa Domingos, professeur des écoles dans le 18e à Paris et fière de l’être avec tous mes défauts et mes qualités ! Je voudrais dire comme je suis choquée, après avoir lu ce texte qui ne reflète absolument pas ce que je vis depuis 10 ans dans ma carrière. Les enfants, comme vous le dites sont nos élèves, ceux pour qui nous nous levons, nous réfléchissons, nous partageons, nous évoluons, nous travaillons bien plus que 35h par semaine ou 4 jours… Être professeur c’est passer plus de temps avec les enfants des autres qu’avec les siens, c’est une vocation. Alors, qu’un journal national de votre renommée ose publier un édito de la sorte est pour moi une honte ! Et je ne saurais admettre que vous réduisiez mon rôle en tant que professeur des écoles à ce qui est décrit dans ce texte! Je tenais à ce que vous le sachiez ! Sarah Sousa Domingos, Paris ——————————————————————— Esprit de corps, le dernier rempart ? Enseignante du premier degré depuis presque dix ans en Seine-Saint-Denis et abonnée au Monde, je suis scandalisée par l’article que vous avez osé présenter comme « éditorial» dans votre édition datée du mercredi 23 janvier. Comment pouvez-vous vous contenter d’une analyse aussi partielle et démagogique du problème de l’école et de ses enseignants ? Pensez-vous réellement que 30 minutes de moins pas jour vont changer quoique ce soit à la réussite des enfants en difficulté ? La journée d’école est trop longue, je ne peux qu’approuver vos propos. Mais la raccourcir ne résoudra rien. Goedkoopste Nike Air Max 2017 Pensez-vous que la majorité des enfants vont pouvoir rentrer à la maison à l’issue de cette journée de classe raccourcie, qu’ils pourront se reposer chez eux durant les deux heures que durera obligatoirement la pause méridienne ? Connaissez-vous le rythme de travail des salariés en région parisienne ? Les enfants sont bien souvent présents à la garderie du matin, à la cantine et à l’étude le soir. Ils restent en collectivité largement plus de 35 heures par semaine. air max 1 femme La réforme ne changera rien à cela. De même qu’elle ne rendra pas la pause déjeuner à la cantine plus reposante tout simplement parce que les écoles n’ont pas les locaux et encore moins le personnel pour organiser des activités calmes à ce moment-là. Les élèves resteront donc, été comme hiver, une demi-heure de plus dans la cour, ce qui est très loin d’être reposant, croyez-moi. Les inégalités de richesses entre les communes accentueront encore plus les inégalités sociales et les enfants défavorisés vivant dans une commune pauvre n’auront pas les mêmes activités que ceux vivant dans une commune riche. Ce n’est pas la maigre dotation de l’Etat qui changera ça. La question du mercredi, qui, outre le fait de changer le rythme de ces fainéants d’enseignants, tellement privilégiés et bien payés, va surtout alourdir la semaine des enfants. Ceux qui avaient la chance de pouvoir se reposer à la maison ne le pourront plus. Il me semble extraordinaire que ce nouveau rythme soit imposé de la maternelle (donc à partir de 3 ou même 2 ans) au CM2. C’est bien connu qu’un enfant de 3 ans a les mêmes besoins qu’un enfant de 11 ans… Ce qui fatigue les enfants, c’est surtout le rythme de vie de leurs parents. La réforme ne changera rien à cela, les enfants auront toujours le même nombre d’heures en collectivité , seront encore plus fatigués le vendredi qui est déjà une journée très difficile et ne pourront pas se reposer du mardi après-midi où ils montrent un déficit d’attention évident. ffxiv gil Mais après tout, je n’en sais rien, ce n’est qu’une expérience de terrain constatée par de multiples collègues qui n’a que peu de poids face à des experts chronobiologistes bien plus calés sur la question que nous. air max damskie grafika La question de la difficulté scolaire ne se résoudra pas comme ça, par un coup de baguette magique du Dieu Chronos. Il faut repenser les programmes scolaires et se concentrer sur l’essentiel de ce qu’on attend de l’école primaire. Il faut moins d’élèves par classe dans les zones difficiles tout simplement parce qu’il est impossible physiquement d’apporter une aide efficace à des enfants noyés dans une masse d’élèves en grosse difficulté. Il faut nous remettre les postes de RASED, supprimés en grande partie depuis 2007. Il nous faut un maitre supplémentaire par école pour organiser de véritables groupes de besoin d’élèves et les aider du mieux que nous le pouvons. Il faut mieux former les enseignants sur la difficulté scolaire et ne plus les laisser seuls face à des enfants qu’ils ne savent pas aider. Il faut nous redonner les budgets culturels (et notamment ceux des classes à projet artistique et culturel qui sont devenus quasi-inexistants) pour que nous puissions pallier les inégalités sociales en matière de culture. Je n’ose même pas vous répondre sur vos propos de café du commerce sur le corporatisme des enseignants qui devraient se concentrer sur l’intérêt de l’enfant et pas sur leurs avantages. Cet esprit de corps s’est délité depuis des années, le gouvernement précédent ayant scrupuleusement veillé à créer des inégalités de salaires et de conditions de travail entre les enseignants… Mais heureusement, il existe encore car c’est le seul rempart que nous ayons face à l’extrême difficulté de ce que nous vivons au quotidien. Vous en doutez ? Mais venez! Venez une semaine suivre un enseignant en ZEP ou en zone violence ! Venez-voir nos conditions de travail, venez voir à quel point les enseignants sont consciencieux et donnent d’eux-mêmes (souvent financièrement) pour donner aux enfants les meilleures conditions d’apprentissages avec de moins en moins de moyens. Venez voir à quel point nous nous faisons parfois insulter par les familles et si peu féliciter par notre hiérarchie pour notre dévouement. Sealver Siliga Merci vraiment, encore une fois de pénétrer dans cette brèche ouverte et nous taper dessus de façon éhontée. Savez-vous combien d’enseignants craquent, nous qui n’avons aucune médecine du travail et aucun contrôle médical annuel pour voir si nous allons bien ? Et puisque vous avez l’air de vous préoccuper des enfants plus que nous, passez le concours, de nouvelles places sont ouvertes. Venez, nous sommes accueillants. D’ailleurs notre métier est un sacerdoce et je comprends tout à fait qu’il vous semble incongru que nous protestions contre un changement de nos conditions de travail, aucun autre corps de métier n’aurait cette idée-là ! Caecilia Renault, Bagnolet ———————————————————- Ecouter les enseignants et les parents Enseignante depuis 44 ans dont 30 ans de direction comment avez-vous pu laisser passer un tel édito non signé (ce qui veut dire que toute la rédaction est complice) tellement méprisant pour les enseignants ? Personne chez vous n’est parent d’élève à Paris ? Connaissez-vous les goûters récréatifs mis en place en maternelle connaissez-vous le recrutement des animateurs a Paris je peux vous assurer que les abonnements au Monde vont chuter … Ne nous laissez pas penser, s’il vous plaît, que vous êtes totalement acquis à la cause de M. Hollande parce qu il a laissé des avantages non négligeables aux journalistes… Il ne s’agit pas de faire paraître un témoignage de lectrice du Monde très perturbée par ce qui a été écrit. NIKE TANJUN

Renseignez-vous sur ce qui se passe, venez écouter les enseignants et parents lors de réunions qui se déroulent dans nos écoles. Les parents sont très inquiets. Vous verrez qu’ils nous font confiance. Scarpe Adidas Y-3 Le tout est de savoir exactement et en toute objectivité l’impact de la réforme sur vos enfants, sur nos élèves. Chantal Rolgen, Paris, directrice depuis 1982, enseignante depuis 1968 (uniquement un congé de maternité pas de congé de maladie salaire 2900 euros par mois, donc une vraie corporatiste fainéante…) ————————————————————————- Vous avez dit « palinodie » ? L’édito de ce matin m’a profondément heurtée comme souvent les articles sur les enseignants mais pas toujours heureusement, je prends donc illico ma plume pour vous dire mon sentiment mais surtout pour tenter d’ analyser la situation, ce que d’ordinaire, vous savez faire mieux que moi ! VRAI, les journées scolaires des enfants en France sont bien trop longues et il est temps d’y remédier. VRAI que les enseignants eux mêmes et depuis de longues années (ne vous déplaise, Monsieur ou Madame le/la journaliste, puisque les éditos ne sont plus signés), se plaignent de la fatigue subie par les élèves. VRAI que le projet INITIAL prévu par M. Peillon semblait alléchant pour ne pas dire enfin intelligent et équilibré et, VRAI que les enseignants le voyaient plutôt d’un œil serein (rappelez- vous, au début des concertations il y a quelques mois, TOUTES les organisations confondues accueillaient avec espoir cette réforme nécessaire… vous avez déjà oublié ?). VRAI, terminer la journée à 15h30 − dans le projet initial − pour commencer des activités périscolaires jusqu’à 16h30, semblait un très grand pas vers une journée qui se terminait en douceur pour tous les enfants. VRAI que le temps de « travail scolaire » perdu devait être rattrapé le mercredi matin, ce qui semblait logique. Air Max 90 Flyknit

Restait une interrogation très importante qui n’avait pas encore été débattue en ce début de projet, à savoir : activités encadrées par qui ? Financées par qui ? Les Mairies ? Les collectivités locales ? L’Etat ? VRAI, les enseignants n’ont pas été concertés lors de la dernière mouture de la réforme qui est loin d’être un « allégement » des horaires. Jugez plutôt : La journée se termine à 16 h au lieu de 16h30 . Je cite Le Monde, 23 janvier 2013, page 12: «des journées de 5h30 maximum et une demi-journée n’excédant pas 3h30». En 4 jours, les enfants travaillent donc 2h de moins, et le mercredi, on leur en remet une petite dose de 3h, voire 3h30… Faites le calcul !!! VRAI, à Paris, et seulement à Paris, les activités périscolaires (musique, arts plastiques et sport) sont assurés par des professionnels de la discipline,ce qui, loin d’être une lubie ou une particularité anormale, est une chance inouïe pour les petits parisiens, et au lieu de niveler par le bas (ah mais oui, mais non, si tout le monde avait la même chose, exactement, pas un brin de plus ni de moins, surtout pas de jaloux, mais surtout le moins parce que ça coûte moins cher, alors ce serait drôlement mieux !) ce sont les autres écoles de France et de Navarre qui aimeraient bien en avoir autant…Et, au fait, BRAVO aux instits de nos régions qui, non spécialistes, doivent tant bien que mal assurer plusieurs « jobs » en même temps, prof de sport, d’ art et de musique en plus du reste. Mais pas de souci, hein, ils ont choisi de le faire, non ? Ils n’ont qu’à assumer, c’est une vocation, non ? Bon, il leur manque le voile ou la cornette mais, quoi, qu’est ce qu’ils veulent encore ? être reconnus, considérés ? mais quelle prétention ! Qu’ils fassent leur boulot et qu’ils se taisent, qu’ils s’occupent de nos mômes à 28-29 par classe et…Quoi, vous ne saviez pas non plus, vous les journalistes zélés, que nous sommes passés en quelques années de la classe à 22-24 à 28-30 dans le primaire ? Vous avez raison, ce n’est pas un problème, vous qui avez du mal à tenir vos gentils marmots tranquilles pendant les weekends et les vacances (« vivement que l’école reprenne qu’on souffle un peu ! ») Bon, je m’égare, excusez moi, mon crayon non plus ne veut pas m’obéir. Je termine. VRAI, les enseignants exagèrent, vouloir gagner plus parce qu’ils vont travailler plus, non mais c’est un comble tout de même ! Comment ? Ah on n’est plus sous le règne de M. Sarkozy et de sa bande ? Je me disais aussi… Catherine Mottier, Fougères (Ille-et-Vilaine), prof d’anglais retraitée, mère de 3 enfants, grand’mère de 5 petits enfants ————————————————————————————— Les enseignants, ces monstres d’égoïsme… J’ai lu avec surprise d’abord, colère ensuite, l’éditorial du Monde en date du 23 janvier 2013. Comment un journal sérieux, objectif , peut-il s’engouffrer dans une explication de la journée de grève des enseignants parisiens digne du Café du Commerce : « les enseignants sont des privilégiés, de surcroît corporatistes.» Notre éditorialiste conduit-il chaque matin ses enfants dans une des 622 écoles parisiennes ? Si oui, il ne peut ignorer la réalité du fonctionnement de ce temps dit « périscolaire » c’est-à-dire du temps où les élèves ne sont plus avec leurs enseignants mais toujours au sein de l’école. Ce temps est assumé , dans une large mesure par des vacataires, non formés, de passage pour la majorité d’entre eux, en attente d’un réel emploi. M. Peillon a un projet : raccourcir la durée de la journée de classe en allongeant la semaine jusqu’à 4 jours et ½. Contrairement à ce qui se dit, à ce qui s’entend, les enseignants y sont favorables. L’objet de leur inquiétude, c’est le manque de qualité, de contenus de ce temps périscolaire qui doit, chaque jour, s’allonger de 45 mn. L’enveloppe budgétaire prévue est maigre au regard des besoins : former des intervenants culturels et sportifs , prévoir des lieux, des installations, des matériels pour permettre la mise en place de ces activités nouvelles qui doivent être source d’enrichissement pour nos enfants, pour nos élèves aussi. Car n’oublions pas que l’école, la classe, sans être des sanctuaires, doivent rester des lieux d’enseignement. Claudine Leclerc Raybaud, Paris ————————————————————————————- Information partielle et partiale Ce courrier m’a coûté, j’espère que vous prendrez le temps de le lire attentivement. Je suis simple professeure des écoles à Paris, de ceux qui tiennent (tenaient ?) Le Monde en haute estime, de ceux, aussi, qui faisaient grève le 22 janvier. Pourtant, je suis pour la semaine de 4,5 jours et même pour le raccourcissement des grandes vacances (contre révision de nos salaires), comme beaucoup d’autres PE. Ce contre quoi je m’élève, comme mes collègues, sont les conditions de ce changement. Je suis navrée de constater à quel point les informations relayées sont partiales et partielles. Vous oubliez de stipuler, dans votre article, que les journées des élèves (L, M, J, V) au sein de la collectivité ne seront pas plus courtes (ni celles des PE par la même occasion) puisque le projet est d’allonger la pause méridienne. Déjà trop longue, mal encadrée par un personnel non formé, elle est génératrice de stress, de cris, d’énervements et d’accidents divers (consultez les statistiques des assurances scolaires à ce sujet), elle sera allongée de 45 minutes quotidiennement. Quand la mairie de Paris n’arrive pas à assurer l’encadrement élémentaire aujourd’hui comment croire qu’elle sera en mesure d’organiser des activités éducatives demain comme elle le prétend ? Et nous, enseignants (excusez moi de parler aussi de moi… quel égoïsme !), qu’allons-nous faire de cette pause interminable durant laquelle nous n’auront pas accès à nos classes occupées. Qui accepte à salaire égal de rester 45 min de plus sur son lieu de travail chaque jour ? Par ailleurs, comme presque tous les enseignants parisiens, faute de moyen, je n’habite pas Paris et ma commune de banlieue n’appliquera la loi qu’à la rentrée 2014. Travailler le mercredi m’obligerait donc à mettre mes enfants au centre aéré, soit une perte sèche de 150 euros par mois (sur un salaire qui n’atteint pas 2000 euros net), pour qu’ils soient laissés à leur ennui dans un préau vide approximativement surveillés par un personnel désinvesti 45 min de plus par jour (je vous invite dans les écoles à constater par vous même l’organisation des temps périscolaires)… Ça laisse songeur ! Je vous épargne le couplet sur l’aggravation des inégalités sociales : certaines communes pourront financer des activités éducatives vraies, mais toutes les autres…. Je dis oui aux quatre jours et demi, si mes journées sont réellement écourtées, si je n’ai à déplorer aucune perte de salaire. Ce que je ne souhaite pas pour mes enfants, je ne le souhaite pas non plus, pour mes élèves, est-ce du corporatisme ? J’espère que ces quelques informations complémentaires vous auront éclairé, je suis disponible pour répondre à d’éventuelles questions. Je serai rassurée si ce témoignage pouvait être publié pour informer honnêtement le public sur ce qui nous pousse à faire grève. Je ne sais encore si je vais renoncer à la lecture du Monde pour me préserver de la colère (mauvaise conseillère) ou continuer de le lire dans l’espoir d’y trouver un signe de sympathie à l’égard d’une corporation bafouée. NB : Vous évoquez dans votre article, la particularité parisienne des PVP, la présentant comme un privilège et laissant entendre par là que les enseignants parisiens travaillent moins. Mon inspection, à juste titre, exige que nous soyons toujours en présence d’élèves. Durant les heures de PVP, moi et mes collègues assurons la classe auprès d’une partie des élèves. Lorsque la moitié de ma classe est avec un PVP, je mène des expériences scientifiques avec l’autre moitié, entreprise pédagogique impossible avec 30 élèves. Les PVP sont donc un privilège, d’abord pour les élèves mais pas un cadeau pour les enseignants. Dans l’attente, d’une improbable réponse. Je suis triste et déçue de l’image négative et injuste que vous donnez de nous. En colère aussi. Veuillez agréer mes salutations distinguées, Marianne Pidoux, professeur des écoles en école élémentaire, Paris ————————————————————————————————– Etriquée et lamentable… les conditions d’accueil de nos enfants Je suis abonnée au Monde depuis des décennies et n’envisage pas encore de rompre cet engagement bien que l’éditorial titré « l’école ou le triomphe du corporatisme » m’ait véritablement scandalisée. Aussi bien aimerais-je revenir sur l’argumentaire déployé en première page, reposant sur la dénonciation d’un prétendu corporatisme, obstacle à une réforme de bon sens et de bonne volonté, accusation reprise en termes encore plus désobligeants dans l’article central puisqu’il y est question de « l’égoïsme des adultes », entendons des enseignants qui, forts de leur capacité de nuisance, à savoir la grève , sacrifient le bien-être des élèves qui ne manifestent ni ne font grève, eux ! De quoi parle-t-on ? D’un ajustement a minima en terme de coups et d’investissement pour l’Etat qui dans la réalité, risque de se traduire par exactement le contraire de ce que cette partie de la réforme ambitionne, à savoir alléger les journées de classe . L’intention est louable et fait miroiter un monde scolaire harmonieux : les élèves quitteraient plus tôt l’école , voire à la même heure , mais une partie de leur temps serait consacré à des activités aussi éducatives qu’ épanouissantes ; les impératifs d’une chronobiologie enfantine toujours bafouée seraient enfin respectés puisque on alternerait temps scolaire proprement dit et temps récréatif, tandis que la pause de midi consacrée à ce dernier serait allongée , ce qui entre autres avantages permettrait aux enfants de quitter l’école sensiblement à la même heure pour le grand soulagement des parents an quête de mode de garde peri scolaire . Et tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes possible . Hélas, la réalité est tout autre et je vais vous la décrire. Contrairement à l’auteur de l’éditorial, je ne parlerai que de ce que je connais : le premier degré et particulièrement la maternelle en zone urbaine. Pour un certain nombre d’élèves, l’école commence avant neuf heures par un accueil matinal à la charge des communes ; la matinée scolaire, trois heures d’apprentissages variés et non moins rigoureux qu’un maître (et un seul: pas d’assistant d’aucune sorte contrairement à certaines légendes urbaines bien ancrées) dispense à un groupe d’élèves pouvant aller jusqu’à 30, se termine vers midi. Une toute petite minorité d’enfants (entre zéro et cinq), rentrent à la maison déjeuner et le cas échéant se reposer un peu de la vie en collectivité ; les autres déjeunent dans des cantines bruyantes et surpeuplées, encadrés par des animateurs de bonne volonté mais pas toujours formés (les communes emploient souvent des vacataires en plus d’un personnel qualifié : ainsi dans ma commune, un monsieur déjà un peu âgé a surveillé la cantine avant d’être embauché à la voirie comme balayeur…) . Après le déjeuner, les enfants jouent dans la cour ou sont regroupés, en cas de mauvais temps, dans un préau à raison de plusieurs dizaines (dans mon école maternelle de quatre classes une centaine d’enfants sont concernés), assis par terre en tailleur devant une vidéo. Bien sûr on pourrait imaginer, et c’est certainement ce que le ministre a fait, des activités par petits groupes toutes plus intelligentes et créatives les unes que les autres : encadrées par qui ? Dans quels locaux ? Pendant ce temps imaginez les enseignants, ces monstres d’égoïsme qui après avoir en amont préparé leur classe à la maison pendant le week-end, profitent de la «pause méridienne» pour installer matériellement les activités de l’après-midi, ce qui, en maternelle, nécessite pas mal de temps et beaucoup de soins : pas question donc pour eux d’ouvrir les classes à des activités périscolaires à ce moment-là. cheapest ffxiv gil La classe reprend avec des élèves qui ont vécu cette fameuse pause méridienne dans l’excitation et le bruit. L’instituteur aura soin de ménager un moment de calme et de détente après le retour dans les classes ; ce qui, soit dit en passant, n’est pas toujours bien vu de la hiérarchie (pensez donc , un temps mort !). La classe reprend cahin-caha, avec des élèves de moins en moins attentifs et de plus en plus irritables car fatigués. A 16H30, pour un certain nombre, c’est la quille, pour beaucoup la « garderie » jusqu’au soir. Oui, nos élèves subissent des journées d’école épuisantes et que leur propose-t-on ? Accroître encore l’amplitude du temps scolaire sous prétexte d’activités éducatives que personne en l’état actuel n’a les moyens d’assumer : car ce n’est pas en créant quelques postes d’animateurs qu’on résoudra le problème d’un encadrement exigeant, et à moins de construire dans chaque école des locaux adaptés, nos élèves continueront à se bousculer et à s’entasser dans les mêmes lieux, avec en prime une demi-journée supplémentaire, le mercredi matin . Non cher Monsieur ce ne sont pas les enseignants qui font preuve d’une mentalité «étriquée et lamentable» mais bien plutôt les conditions d’accueil de nos enfants qui le sont ! Oui, la réforme des rythmes scolaires est très étriquée : des journées toujours aussi longues avec des moyens toujours aussi indigents et pour les enseignants un temps de mobilisation sur les lieux plus important, sans aucune compensation ni salariale ni en termes de conditions de travail ! Que Monsieur Peillon s’engage sur l’allègement des effectifs ! En maternelle 20 élèves par classe serait une avancée bien plus significative que ce bricolage autour des rythmes scolaires ! Qu’il généralise la mesure du « plus de maîtres que de classes » pour travailler en petits groupes. Et pas seulement dans les zones où la marmite sociale menace d’exploser mais dans toutes les école ! Alors, j’en fais le pari , ces réformes ne provoqueraient ni protestation ni grève mais rencontreraient l’assentiment sans réserve des enseignants. Mais avouez qu’il y faudrait davantage de volonté, et bien plus de moyens humains et matériels que ce que requiert la réformette aux effets pervers qu’on nous propose. Quant au ton blessant, voire infamant, que votre journal a cru bon d’adopter dans cet éditorial, permettez-moi d’y répondre en vous conseillant, la prochaine fois, d’enquêter sur le terrain avant de parler et de ravaler un peu votre morgue. NIKE TENNIS CLASSIC ULTRA FLYKNIT

Salutations encore passablement irritées, Martine Lascar, institutrice en école maternelle, Montreuil ———————————————————————————- Oui, nous sommes en colère Je suis enseignante à Paris et scandalisée par la lecture de votre édito. La seule raison, qui me vient à l’esprit, face à ce résumé à l’emporte-pièce est que la polémique est un moyen de faire vendre comme un autre ! Comment pouvez-vous prétendre que tous les acteurs concernés ont été consultés alors que ni parents ni enseignants n’ont eu voix au chapitre sur les rythmes scolaires ? Pensez-vous que les enseignants font cette démarche uniquement en pensant à leur grasse matinée du mercredi matin ? Non, c’est justement en pensant au rythme des enfants, que nous côtoyons quotidiennement, que nous pensons que cette réforme est mauvaise. Surtout lorsqu’on apprend que la « réduction » de la journée se résumera à allonger la pause méridienne pour les Parisiens, sans connaître les modalités d’application ! Par qui les enfants seront-ils pris en charge, par les surveillants de cantine qui ne reçoivent aucune formation pour accueillir les enfants mais, comme leur fonction l’indique, ne sont là que pour « surveiller » ? Pour quelles activités en maternelle ? Où, je vous le rappelle, nous menons des activités sportives et artistiques sans l’aide de PVP. En élémentaire, les PVP permettent aussi une autre organisation de la classe en petits groupes et un travail différent avec l’enseignant. Oui, nous sommes en colère, non par esprit de corps et par frilosité comme vous le martelez mais parce que nous attendions une réforme plus structurelle et plus réfléchie de notre système éducatif. Cette incessante remise en cause des rythmes scolaires nous parait, à nous enseignants, être une opportunité pour ne pas s’attaquer aux vrais sujets et vous, médias vous semblez tomber dans le panneau. En outre, à Paris, M. Delanoé se garde bien de nous concerter et de communiquer sur les mesures d’application de la réforme. Adidas Harden 2.5 On nous propose juste, si nous avons des idées, d’animer des activités péri-scolaires, à l’heure où nous avons nos élèves ! Alors oui, nous sommes en colère et déçus et si l’on étudie vraiment la question, sans la survoler comme vous semblez le faire, l’on comprend pourquoi. Christelle Cournut, enseignante à Paris ———————————————————————————————   Rappel de définition : «Le corporatisme désigne, de manière péjorative (1), l’attitude consistant à défendre les intérêts de sa corporation, de sa caste ou de son groupe social. C’est le cas lorsqu’un groupe puissant, ayant un comportement s’apparentant à celui des corporations de l’Ancien Régime (contrôle des recrutements par exemple), parvient à faire pression sur les pouvoirs économiques, sociaux et politiques et à contrôler leurs décisions au bénéfice de ses adhérents (2), plutôt qu’à celui de l’intérêt général (3).» (1) Merci pour cette attaque en règle consistant à tirer à boulet rouge sur les enseignants de plus en plus dénigrés par la société. Société qui se tourne vers l’école pour solutionner tous les problèmes que les différents gouvernements n’arrivent pas à résoudre ni même à cerner !! (2) Oui je dois finalement être corporatiste car je suis plutôt fière de vouloir faire pression sur les pouvoirs et contrôler leurs décisions au bénéfice de mes adhérents car il me semble que dans le cas présent, je me bats pour le bénéfice de mes élèves (ainsi que de mes enfants) même si cela va de pair avec mes propres intérêts puisqu’il s’agit pour chacun de pouvoir enseigner et apprendre dans les meilleures conditions possibles. Ce que la réforme que vous encensez ne semble à aucun moment prendre en compte !! (3) A mon sens il me semble plutôt que cette réforme contre laquelle nous nous battons ne défend que l’intérêt particulier et l’ambition de certains politiques !!!! En bref je suis scandalisée et outrée par votre article. Je suis depuis 15 ans face à mes élèves et jamais je ne me suis sentie aussi attaquée par le « corporatisme » des médias !!! Je pense que je ne rachèterai pas votre journal de si tôt !!! Fanie Battioni, une institutrice (ou professeur des écoles) encore un peu fière de l’être !!! ———————————————————————————————– La réforme oui, mais pas à nos frais Dans l’éditorial du Monde du 23 janvier, vous faites un constat assez juste de la nécessaire évolution des rythmes scolaires de l’enfant, dont, à vous lire, les enseignants n’auraient cure, centrés une fois de plus sur leurs intérêts corporatistes. Il ne me semble pas que vous vous montriez aussi virulent, lorsque vos confrères de France 3 manifestent contre la nécessaire remise à plat de leur entreprise. Mais sans doute ne font-ils pas là, malgré des conditions d’exercice et de paie avantageuses − à la charge de l’Etat faut-il le rappeler…−, preuve du même «corporatisme étriqué» que les instits. Je suis instit, j’enseigne quant à moi avec plaisir et, comme la plupart de mes collègues non parisiens, toutes les matières, y compris la musique, les arts plastiques et l’éducation physique. Et je ne suis pas opposée à re-travailler, comme vous le dites si bien, une demi-journée de plus. Ce qu’il faudrait rappeler, pour que vos lecteurs comprennent ma colère, c’est le coût des déplacements pour beaucoup d’instituteurs de province (eh oui, 90km par jour avec autoroute, ça a un coût, à notre charge) et l’indécente différence de traitement entre les enseignants du premier et du second degré qui, elle, ne semble choquer personne. Trois heures de cours le mercredi, c’est encore ça de rogné sur un salaire qui, croyez-moi, n’a rien de mirobolant. C’est ce sentiment de mépris de notre situation qui est exaspérant. La réforme oui, mais pas à nos frais. Mais c’est sans doute encore une considération de corporatiste « lamentable »… Simone Bellifa, Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie) ————————————————————————————- Enseigner à Paris sans pouvoir s’y loger… «Lamentable et étriqué» : depuis plus de trente ans que je lis régulièrement votre journal, j’ai rarement lu de tels propos, étonnamment outranciers. En quoi ces termes épidermiques peuvent-ils s’appliquer à la grève des instituteurs parisiens, suivie à 90% ? Cette grève ne révèle-t-elle pas une fois de plus l’absence de dialogue et de communication du gouvernement vis-à-vis de ses propres salariés ? En quoi est-ce lamentable de défendre des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader ? Et ce, pour un salaire fort modeste qui ne permet certainement pas aux instituteurs des écoles parisiennes de se se loger dans la capitale. Savez-vous ce que représente dans leur budget, le manque à gagner d’une journée de grève ? Quant au sous-entendu induit par le terme « corporatisme », selon lequel les professeurs des écoles seraient indifférents au sort des enfants qui leur sont confiés, il est révélateur d’une méconnaissance profonde de leur engagement au quotidien et de leur déontologie. La preuve en est que les parents qui les côtoient régulièrement les soutiennent massivement dans leurs actions. Odile Diot, Toulouse ——————————————————————————————- Enseigner, réformer… missions impossibles ? Laissez-moi tout d’abord vous dire que NON un enseignant ne pense pas à son statut avant l’intérêt de ses élèves et ce pour deux raisons : la première parce que s’il enseigne c’est qu’il espère, à son petit niveau, faire avancer les choses vers un monde meilleur ; la deuxième parce qu’il sait d’expérience que des enfants reposés lui permettent d’accomplir sa mission dans des conditions d’exercice plus sereines. Je tiens donc expressément à vous informer que le mépris à l’égard des enseignants que vous avez les uns et les autres exprimé ces derniers temps dans la presse m’a particulièrement choquée ! Et me semble totalement déplacé… N’avez-vous donc pas davantage d’arguments pour soutenir votre décret ? Pour ma part, OUI à la réforme des rythmes scolaires mais pas celle-là… Réfléchissez encore un peu et nos élèves y gagneront ! Et profitez-en pour lier à cette réflexion d’autres points à améliorer d’urgence : les effectifs doivent diminuer dans nos classes, les réseaux d’aide doivent être remis en place, nous devons avoir des alternatives solides pour aider les élèves en difficulté… OUI à une réforme pensée des rythmes scolaires mais NON, NON, et encore NON à la façon dont la mairie de Paris choisit de mettre en place ce décret ! Allonger la pause méridienne à 2H45 est une aberration sans nom : les enfants cumuleront 1h de réfectoire relativement bruyante et 1h45mn de « pas grand chose »… les taux d’encadrement actuels et les configurations des locaux ne permettant à l’heure actuelle de ne proposer le midi que peu de choses à part du temps en cour de récréation… Nike Tennis Classic Je suis profondément convaincue que ce n’est pas en allongeant ce temps intermédiaire que nous favoriserons les apprentissages de nos élèves ou leur repos… D’autant plus que la mairie, visiblement incapable de faire face à l’inévitable exigence de recrutement liée à ces changements, envisage de changer le taux d’encadrement des enfants par les animateurs au détriment… des enfants ! Il est évident que tout ceci a encore besoin d’être pensé ! L’école n’est pas à un an près pour engager sa refondation en profondeur et selon différents axes complémentaires et indissociables.

I like studying things and I enjoyed the learning process

Please note that CBC does not endorse the opinions expressed in comments. Comments on this story are moderated according to our Submission Guidelines. Comments are welcome while open. I like studying things and I enjoyed the learning process. I took calculus and economics and all that stuff. I just enjoy those subjects. ».

Cheap Jerseys from china « I contemplated it quite a while. I wasn’t sure I wanted to put myself back into that arena (high school). (The incident) was a bad situation that damaged everyone who was involved. 12, prior to the Williamsville South football home opener, our family formalized the donation of a new sound system for the renovated press box. This gift was made from a memorial fund established by family and friends of our late husband and father, Michael T. Kelly. Cheap Jerseys from china

Cheap Jerseys free shipping As city officials mull over new rules, the business coalition says its membership has swelled to more than 1,000 small shops and restaurants. It is pushing officials to limit vending to areas where businesses and residents approve it, bar vendors from selling the same kinds of goods directly outside their brick and mortar competitors, and cap the number of vending permits. 12. Cheap Jerseys free shipping

wholesale jerseys from china His father, Joe Newton, to in the stands at the BOK Center, and he is somewhat of a legend in parts of Oklahoma. Joe Newton was a star guard at Central Oklahoma University and was named the 1998 Division II National Player of the Year. He averaged 26.1 points, 5.6 assists, 5.3 rebounds and 3.4 steals per game.. wholesale jerseys from china

Cheap Jerseys china There is a lot changing within the modern cloud and service provider world. Organizations are seeing the direct benefits of moving towards the cloud and are now positioning their spending cycles to create budgets to move their environment into the cloud. Trends around application delivery, data control, resource utilization, and even end user performance are all driving more users to use cloud and service providers.. Cheap Jerseys china

wholesale jerseys The emotional roller coaster that these people put me through should be against the law. At one point I almost committed suicide. Had it not been for the kids being there I would have and would not have thought twice about it. The super IDC expands on the capabilties of its existing facilities cheap jerseys, providing a regional gateway to the Internet and its network to deliver its utility computing services, AT Synaptic Hosting. The facilties deliver highly scalable, enterprise class IT services around the globe, says AT project is part of the company $1 billion planned global network investment in 2008 to increase global data center hosting capacity throughout the 38 data centers in AT global IP network.Earlier this year, the company announced plans to expand its data center space by 180,000 square feet, with facilties in Boston, Massachusetts, Dallas, Texas, Amsterdam and Singapore. Just six months prior, the company announced new data centers in Toronto, Canada and Piscataway, New Jersey.The telecom has other super IDCs in Piscataway, New Jersey; San Diego; Annapolis, Maryland and Amsterdam, which will form the regional hubs in the US and Europe.continues to invest in growing its business to support customers and to meet the demands of multinational corporations for next generation services and solutions, says Bernard Yee, vice president of AT Asia Pacific. wholesale jerseys

cheap jerseys The City of North Pole hired a fire chief for the first time in 1977, a man by the name of Bob Fuller. Today, the department employs nine people and maintains 20 volunteers (a surprising 30 percent of them female). They handle structure fires, confined space rescues, and hazardous materials with regularity. cheap jerseys

wholesale nfl jerseys Recently, Simmons graciously allowed me into his home, and we chatted for several hours. He was the same old Lon, as sharp, witty and self deprecating as ever. This was one of his better days. Certificate 12A, 129 minutesDirector: Jon M. ChuStars: Jesse Eisenberg, Mark Ruffalo, Woody HarrelsonNow You See Me 2 is the sequel to Now You See Me. It opens in New Jersey in 1984 where a young Dylan (William Henderson) racing through the crowd to see his father, magician Lionel Strike (Richard Laing) wholesale nfl jerseys.